Qui osera prétendre que nous vivons dans un monde de plus en plus dangereux ? Certes, depuis les accidents domestiques jusqu’aux propos homophobes, ce ne sont pas les menaces qui manquent, y compris, hélas, dans nos démocraties occidentales. 

Heureusement, face à cette inflation de risques polymorphes, nos élus veillent, et l’on peut compter sur eux pour nous protéger contre tout , contre tous et surtout contre nous-mêmes. C’est ainsi qu’on vient d’apprendre que les communes belges (jusqu’à l’heure où j’écris ces lignes, tout du moins) de Wingene et Lichtervelde, en Flandre occidentale, ont interdit tout lancer de boule de neige.

Et n’allez pas croire à un hoax : l’info émane du quotidien de référence anversois  De Standaard. Selon la même source, ces communes ne seraient pas les seules à avoir pris de tels types d’arrêtés, avec à la clef des amendes pouvant dépasser les 100 euros. En effet, les bourgmestres des villes concernées estiment qu’un lancer de boule de neige peut être assimilé à un jet de pierre. Honte à vous, Quick et Flupke!

On savait bien que les Belges n’étaient pas des Français comme les autres, on en reste pantois. S’agit-il, comme me le dit un ami de gauche, d’une mesure de dumping météorologique destinée à séduire les milliardaires français hérissés par les agressions infantilo-hivernales ? Ou bien, comme me le souffle un copain de droite, d’une énième loi liberticide votée sous la pression du lobby islamiste belge, le Coran n’autorisant formellement ni le Père Noël, ni les sapins, ni les jeux afférents ? Allez savoir…

Toujours est-il qu’avec la propension des Belges à déteindre sur leurs voisins et hôtes eurocrates, on ne serait pas très surpris qu’un de ces quatre matins, une directive de Bruxelles étende aux 27 pays de l’Union les mesures prises, pour le bien de tous, à Wingene et Lichtervelde. C’est ce qu’on appelle l’effet boule de neige.

 

 

 

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.est rédacteur en chef de Causeur. Pilier du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons, il a notamment été rédacteur en chef de "L’Idiot International ".