L’Amour est une fête de Cédric Anger fait preuve d’une étrange nostalgie pour la nuit des années Giscard-Mitterrand, celle du porno débutant.


L’esthétique des années 1980 est-elle soluble dans le cinéma français des années 2010 ? Cette curieuse tendance trouve une nouvelle illustration avec le film de Cédric Anger, L’amour est une fête. Dans une démarche libérale-libertaire plutôt pataude (on tire sur l’ambulance Jack Lang et on réhabilite le porno débutant dans la foulée), le film multiplie les clichés

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2018 - Causeur #60

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite