Home Brèves Uber en marche arrière


Uber en marche arrière

Uber en marche arrière
Photo: Eric Gay/AP/SIPA

La désubérisation aurait-elle commencé ? Il y a un an, les habitants d’Austin, la capitale de l’État du Texas, étaient appelés à se prononcer par referendum sur une proposition de décret imposant aux entreprises de VTC de vérifier les antécédents judiciaires de leurs chauffeurs. Pour Uber et Lyft (son principal concurrent aux États-Unis), contrôler le casier des candidats et, le cas échéant, éjecter les chauffeurs à risque, c’était trop compliqué et trop cher. Avant la tenue du referendum, les deux sociétés avaient lancé un ultimatum : en cas de victoire du oui, les citoyens d’Austin devraient se passer de leurs services… et c’est exactement ce qui s’est passé. Exit Uber et Lyft.

Profitant de la situation inédite créée par cet événement, des chercheurs des universités du Michigan, de Columbia et de l’Institut des transports du Texas ont décidé d’enquêter sur les modifications de comportement des clients de VTC.

A lire aussi: Voyager en Uber, conduite à risque!

Les résultats ? 9 % des usagers concernés ont acheté une voiture pour pallier la disparition d’Uber ; 41 % se sont remis à utiliser leur auto qui dormait au garage ; tandis que 3 % seulement ont opté pour les transports en commun traditionnels. Enfin, 42 % des participants à l’enquête se sont rabattus sur les concurrents d’Uber et Lyft (Fare, Fasten ou Ride Austin) qui se sont partagé le marché abandonné par les géants du secteur.

Ces chiffres laissent penser que quand Uber recule, Ford ou GM regagnent du terrain. Et comme l’inverse aussi est plus que probable, la menace reste sérieuse pour le modèle traditionnel du marché automobile, malgré la récente bataille perdue par Uber. Mais ce n’est pas la seule ni la plus importante leçon à tirer de cette affaire.

Après un an d’absence, Uber et Lyft ont finalement décidé de faire leur retour à Austin, sans que la ville change une virgule dans la législation qui les avait fait fuir… De fait, les Texans, réputés ultralibéraux, viennent de donner au monde une leçon de régulation bien comprise : quand la puissance publique ne se laisse pas balader, Uber ne fait plus la loi…

Octobre 2017 - #50

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Mes haïkus visuels: Richard Millet, Michel Mourlet, Frédéric Schiffter, etc.
Next article La légende de Pirotte
est historien et directeur de la publication de Causeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération