1. Je suis catholique par mon baptême, ma communion et ma confirmation.

2. Je suis catholique par mon enfance et je le suis resté par « esprit d’enfance », aurait dit Bernanos.

3. Je suis catholique par tous les saints et toutes les saintes des litanies, chacun avec leur spécialité parfois dérisoire mais qui sont le meilleur reflet de nos angoisses humaines, trop humaines. Sainte Rita, faites donc cesser cette gueule de bois…

4. Je suis catholique par La Légende dorée et la manière dont Jacques de Voragine raconte la vie de ces saints. Les beaux récits sont toujours vrais, parce qu’ils sont beaux.

5. Je suis catholique parce que j’ai eu l’intuition de ce que signifiait la Pentecôte en 1999, à Jérusalem, quand j’ai visité le cloître du Notre-Père sur le mont des Oliviers. La prière, jamais oubliée malgré les années rouges, se trouvait reproduite sur les murs dans plus de 60 langues différentes et, forcément, tout d’un coup, je comprenais tout ce qui était écrit.

6. Je suis catholique parce que la virginité de Marie, pour qui a lu Le Jeu de saint Nicolas, une pièce du XIIIe siècle écrite par Jean Bodel, n’est pas une aberration. Il suffit de comprendre les choses de manière poétique, c’est-à-dire, finalement, de manière technique. Que nous dit Jean Bodel ? « Un rayon de soleil qui traversa un vitrail sans le briser et illumina toute la nef. »

*Image : Saint Jérôme, Caravage (wiki commons).

Lire la suite