Si en France, le refus des vaccins est surtout pratiqué dans les milieux postbaba et/ou naturopatho-conspirationnistes, toutes mouvances usuellement obtuses mais plutôt pacifiques, il en va tout autrement dans des contrées plus lointaines. Ainsi la campagne de vaccination contre la polio lancée au Pakistan avec le soutien de l’Organisation Mondiale de la Santé et de l’UNICEF est en train de tourner au vinaigre dans la région méridionale du Sind et dans les provinces du Nord-Ouest autour de Peshawar (mondialement connues sous le doux surnom de « zones tribales »).

Cette campagne d’urgence était motivée par un état d’urgence sanitaire : bien que riche et doté de l’arme nucléaire, ce pays est l’un des derniers pays du monde ou la polio est toujours endémique.

Mais si les centaines de bénévoles qui participent à l’opération s’attendaient à être accueillis avec des fleurs, ils ont vite déchanté : neuf d’entre eux ont été assassinés depuis une semaine. Alors pourquoi les adeptes des médecines douces sont-ils tellement plus énervés à Peshawar qu’à Oberkampf ?

Il sembleraient que les religieux locaux (du Pakistan, hein, pas du XIème arrondissement !) ne soient pas totalement étrangers à l’affaire. Nombre d’entre eux ont expliqué à leurs ouailles que les campagnes étaient un complot orchestré par l’Occident. Certains, plus portés sur les effets que les causes, ont averti les croyants mâles que la piqûre amoindrirait leur virilité, d’autre enfin, plus analytiques, ont mis en garde la population contre la présence probable de viande porcine dans le vaccin. Preuve ultime que les assassins de bénévoles étaient quasiment en état de légitime défense, d’après un imam interrogé par Euronews il serait de notoriété publique que « le vaccin aurait été inventé par un médecin juif ».

Lire la suite