Est-il bien raisonnable de laisser un cinéaste déraisonnable commenter chaque mois l’actualité en toute liberté ? Assurément non. Causeur a donc décidé de le faire. 


Je suis fiché S.

Je suis le prochain.

Vous pourrez interroger mes voisins. Après…

Ils vous diront tous que j’étais calme, gentil, serviable… Je suis une menace endogène. Je vis avec ma famille. Tranquille. Je dis bonjour, pardon et je porte les paniers des vieilles dames.

Vous croyez quoi ? Que je vais tout faire pour me faire remarquer avant d’agir ? Que je vais aller m’entraîner au tir dans les bois alors que je sais que je suis fiché ?

On passe toujours à l’acte brusquement. Parce qu’il faut bien qu’il y ait un commencement après avoir été discret.

Je n’ai pas pu partir en Syrie.

Mais je serai utile ici.

Je suis ce que vous appelez « un petit dealer multirécidiviste ». Je suis une recrue précieuse parce que je connais suffisamment bien les trucs des keufs pour pouvoir les déjouer et parce que j’ai fait suffisamment de mal dans le passé pour avoir besoin de faire beaucoup de bien maintenant que j’ai compris. Longtemps, j’ai été dans l’illégal d’après vos lois qui ne sont pas celles de Dieu, mais aussi, malheureusement, dans l’illicite.

Car seul Allah le Très Haut a le droit de déclarer une chose licite ou illicite. Ici, des gens ont rendu licites certaines choses déclarées illicites par Allah. D’autres ont rendu illicites certaines choses déclarées licites par Allah. Grâce à mes frères, j’ai appris que je pouvais me rattraper en agissant pour le bien d’Allah. J’ai compris que, quoi que je fasse, je ne suis pas dans l’illicite quand j’agis pour la gloire d’Allah.

Je sais faire maintenant, grâce à eux, la différence entre al-hallal et al-haram.

Je ris d’avance de leur négociateur qui voudra parlementer « pour que ça se termine bien ». Je parlementerai. Le temps que le buzz parte dans les médias, le temps que le monde sache que je suis un soldat d’Allah, le temps que le monde se rappelle qu’il ne faut pas oublier d’avoir peur.

Mais croyez-vous que je me serais donné tout ce mal pour rater ensuite l’occasion inespérée de tomber en martyr, c’est-à-dire d’avoir la certitude d’accéder au paradis ? Il y a d’autres moyens d’y accéder bien sûr. Mais ils ne sont pas totalement certains. Surtout pour quelqu’un qui comme moi a vécu jusqu’il y a peu dans la mécréance et la délinquance.

Si on ne me laisse pas mourir en martyr, je ne pourrai pas labelliser du sceau du bien mon passé dissolu. Alors, au moment où je vais avoir accès à tout ce qui me fait rêver alors que je ne l’aurai jamais ici-bas, imaginez-vous que je vais renoncer parce qu’un kafir me jouera de la flûte ?

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2018 - #56

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite