Home Brèves Saint Valentin : autres temps, autres mœurs


Saint Valentin : autres temps, autres mœurs

La Saint Valentin approche, et nous sommes déjà nombreux à nous demander comment ne pas fêter cet événement. Est-il encore possible d’échapper à cette fête commerciale dégradante ?

Je me souviens que, sous Tibère, la passion amoureuse était considérée comme une sale manie de prostituée. D’une manière générale, la réciprocité sentimentale n’avait aucun sens. Elle était punie d’exil, à la différence du viol. Le viol était admis, à condition toutefois que le violeur s’attaque à une personne de statut inférieur. Une femme violée s’apercevant que son violeur n’était autre que son mari se dépêchait de le lui faire savoir : après l’avoir extirpée de l’obscure remise où la femme attendait son sort, le mari vérifiait ses dires à la lumière du jour. Si la chose était avérée, ils se félicitaient de cette coïncidence, et tout rentrait dans l’ordre aussitôt.

Nous avons parcouru un certain chemin depuis que Terence a fait de cette situation violente une comédie légère. Il en irait tout autrement aujourd’hui. Les retrouvailles du violeur et de son épouse ne sauraient constituer, à nos yeux, une fin heureuse. Il reste que Tibère nous apprend quelque chose de nous-mêmes. La réciprocité des sentiments peut toujours nous enchanter – il est certain qu’elle est très agréable – elle n’en est pas moins datée et, dans le fond, tout aussi bizarre.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Guéant, la gauche et Lévi-Strauss
Next article Un jour la démocratie viendra…

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération