Carnets de voyage d’un prix Nobel de littérature.


Cet été, l’Espagne a autant souffert de la pandémie que d’un tourisme balnéaire festif, quelque peu excessif à l’heure d’une soudaine prise de distance. On a fini par réduire la péninsule à cette image folklorique gravée depuis les années 70 dans le disque dur des vacanciers du Nord de l’Europe, en particulier ceux à consonnance germanique et à la recherche de plages chaudes, de discothèques collantes et de cervezas bien fraîches, celle d’un pays Olé Olé où le soleil brûlant et les prix bas sont les garanties d’un séjour réussi.

L’Espagne n’est pas qu’un réservoir à congés payés, c’est aussi des paysages désolés, plaines arides et villages fantômes, âpreté du climat et décor d’un far West californien, perte de repères totale du côté de l’Estrémadure et plaisirs océaniques dans les Asturies, sommets enneigés et cagnard sidérant dans une même et seule province andalouse. L’Espagne est plurielle comme l’était un gouvernement français dirigé par un basketteur récemment sorti d’une retraite forcée par le verdict de l’isoloir.

Normalien pacifiste

L’Espagne, c’est ce pays étrange, inconnu de la plupart des Français qui s’y rendent pourtant depuis plusieurs décennies où son ex-roi en exil arabo-persique, libre et dépensier, cavaleur et libérateur, a mis fin à une période pour le moins asphyxiante au niveau des libertés individuelles et cependant propice à l’expansion touristique. L’Espagne dérange et détonne les esprits trop cartésiens que nous sommes, elle peut être corsetée comme une douairière sous sa mantille et salace comme ces films érotiques diffusés dans les bars, en plein après-midi, que des lycéens berrichons en voyage scolaire trouvaient terriblement exotiques, souscrivant entièrement à la Movida.

A lire ensuite, Daoud Boughezala: Confession d’un enfant du siècle juif

Il n’est pas étonnant que ce soit un nivernais aux accents morvandiaux, habitué aux rudesses de la géographie, né à Clamecy en 1866 et mort au pied de la Basilique de Vézelay en 1944 qui nous accompa

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite