Mieux qu’un exercice grandeur nature de la sécurité civile ou de la police mimant une prise d’otage à la Tour Eiffel, sous une pluie géante de grenouilles venues de l’espace avec fausses victimes qui poussent des cris de douleur. On le sait, le cinéma hollywoodien -mais tourné au Canada pour raisons fiscales- a l’habitude de nous épater. Là il invente le vrai-faux accident. Ou plutôt que le faux-vrai.

Ça s’est passé mardi, sur le plateau de tournage du dernier opus de Resident Evil, une plateforme s’est effondrée dans les studios Cinespace Film, à Toronto. 12 acteurs en costume de zombie et quatre membres de l’équipe de production ont été blessés. Et là ou les Américains et les Canadiens nous épatent encore, c’est que le personnel d’urgence a eu des difficultés à évaluer l’ampleur des blessures des victimes parce qu’ils étaient maquillés de faux sang et de faux pansements, selon le Hollywood Reporter.

On imagine aussi que les zombies avaient des yeux révulsés et si ça se trouve des membres faussement putréfiés et des t-shirts en lambeaux. Par chance la police de Toronto a annoncé que parmi les dix personnes transportées à l’hôpital, aucune n’était en danger de mort. Manifestement les maquilleurs auront vraiment mérité leur paie. Moi qui croyais que tout était numérique de nos jours…

Lire la suite