À rebours du mythe de la France raciste colporté par les indigénistes et leurs thuriféraires de gauche, la nation française a été une chance pour tous ceux qui refusent le discours tribaliste et victimaire. Témoignage d’un enfant de l’assimilation.


 

C’est avec beaucoup de peine que j’ai assisté dernièrement à la mise en cause publique d’un CRS noir qui fut traité de « vendu » par des manifestants soutenant le comité Adama Traoré. Je ne suis pas noir, mais maghrébin par ma mère et, enfant de l’assimilation, je peux me reconnaître dans la souffrance de ce jeune homme au service de notre nation. Ces images m’ont rappelé des expériences personnelles datant de la fin des années 1980 à la fin des années 1990. Dans ma cité minière de Lens, nous organisions régulièrement des matchs de foot dans la cour d’une école primaire que nous investissions en toute illégalité les samedis après-midi.

Une quête identitaire violente

Une partition s’était opérée insidieusement, les « Maghrébins » de la cité ne voulaient plus de mixité lors de ces matchs. Nous étions condamnés à jouer des France-Maroc dans des ambiances survoltées où nos adversaires mettaient en avant leur orgueil identitaire. Par mon identification ambiguë, je devenais une cible privilégiée.

Tous savaient que ma mère avait trahi en se mariant avec un « Français », un « gwer », j’essuyais des tombereaux d’insultes et de propos dégradants : harki, faux frère, « bougnoule de service », « dégradé de gris » … Je me prenais aussi des coups, l’ambiance était explosive.

À lire aussi : Heurs et malheurs de l’assimilation

Il n’y a jamais eu de racisme dans la cité, nous avions été des camarades de jeu, des copains de classe, des complices de nos 400 coups. Nous faisions aussi beaucoup de « conneries » et la police, déjà, ne rentrait pas dans notre quartier. Il n’y a donc pas eu d’exclusion, mais plutôt une affirmation, une quête identitaire qui poussait certains à être le négatif de ce que nous étions, à nous rejeter, à ne pas se mélanger avec nous.

Les assimilés abandonnés de la République

Pourtant la rengaine médiatique et politique de l’époque n’avait aucun rapport avec le réel. Entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990, la démographie avait changé dans nos quartiers, favorisant la montée de ces oppositions ethniques. Faire son « Français » était mal vu quand on était d’origine nord-africaine

Puis on a vu apparaître des clubs de foot communautaristes fondés sur l’origine des joueurs. En 1998, juste après la victoire de la France « Black Blanc Beur », le président de mon club s’est opposé à la création d’une équipe B « 100 % Maghreb ». Les joueurs qui la réclamaient ont trouvé leur bonheur dans un club rival.

À lire aussi : Etudes décoloniales, «intersectionnalité», indigénisme: la face cachée du progressisme

Les assimilés comme moi ont été abandonnés par la République et principalement par la gauche qui pr

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Été 2020 – Causeur #81

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite