Il a interviewé Martin Luther King, Malcom X, Lech Walesa, Yasser Arafat, Fidel Castro, Norodom Sihanouk, la Princesse Grace, Jimmy Carter, etc. Il a dénudé Marilyn, BB, Bettie Page, Anita Ekberg, Jayne Mansfield, Bo Derek, Raquel Welch, Catherine Deneuve, Madonna, Farrah Fawcett, Sharon Stone, Pamela Anderson et des centaines de « filles d’à côté ». Il a publié des textes de John Updike, Ian Fleming, Ray Bradbury, Jack Kerouac, Truman Capote, Henry Miller, Woody Allen, Philip Roth… Il a fait appel aux plus grands illustrateurs américains. Il a soutenu le jazz en créant un festival dès 1959 où tout le gratin se donna rendez-vous (Miles Davis, Count Basie, Duke Ellington, Nina Simone, Dizzy Gillespie, Louis Armstrong, Oscar Peterson). Il a vanté une société de consommation hédoniste : voitures de sport, architecture moderne, mode, libération sexuelle, clubs, cocktails, jet privé à l’effigie du Bunny et destinations de rêve. Il a inventé la playmate qui se déplie en trois parties (1956). Il a multiplié les éditions étrangères. Il a été édité en braille. Il s’est vendu en novembre 1972 à plus de 7 millions d’exemplaires. Il est entré en Bourse. Il a favorisé l’apprentissage de la lecture des baby-boomers qui viennent de prendre leur retraite.
En 2013, Playboy fête ses 60 ans d’existence. Dans son premier éditorial, Hugh Hefner écrivait : « si nous pouvons procurer à l’homme américain quelques éclats de rire et lui faire oublier momentanément les angoisses de l’ère atomique, alors nous aurons justifié notre existence ». Pari gagné Mr Hefner, même si la mythologie Playboy s’est détraquée à la fin des années 70. Vous nous avez offert pendant presque trois décennies le magazine idéal, des tribunes libres, une maquette artistique, le dessin humoristique cochon, une large place accordée aux grands écrivains, des angles politiquement incorrects, un catalogue des objets les plus innovants et bien évidemment des filles pas bégueules, qui laissaient tomber le maillot, histoire de nous renseigner sur l’obscure et non moins désirable anatomie féminine. Depuis 1953, vous avez fait notre éducation aussi bien sexuelle que politique.
N’avez-vous pas dit que « la playmate du mois fut, au sens propre du terme, une proclamation politique » ? On aimerait que les hommes politiques vous écoutent plus souvent. Si les ministres avaient l’aplomb de Kaya Christian (Miss novembre 1967) ou la force de conviction de Michelle Hamilton (Miss mars 1968), nous serions nombreux à prendre notre carte au PS ou ailleurs. Croyez-vous sincèrement que si Julia Lyndon (Miss août 1977) se présentait demain à une législative partielle, nous nous abstiendrons de voter ? Avec ses faux airs de Clio Goldsmith, elle avouait aimer la littérature japonaise, les films de Truffaut et de Buñuel, on sut plus tard qu’elle était la sœur de l’actrice Sydne Rome. À elle seule, cette Creezy girl remédierait à la crise de légitimité de toute la classe politique française.
Plus qu’un magazine pour hommes, Playboy a propagé le rêve américain quand il avait encore un peu de consistance. Aujourd’hui, tout ça semble si loin à l’heure d’Internet et des réseaux sociaux. Cet érotisme à la papa, ce bon vieux Hugh (87 ans ce mois-ci) emmitouflé dans sa robe de chambre en satin, ses multiples concubines, les pin-up d’Alberto Vargas carrossées comme des Corsair, cette Mansion, faux manoir anglais et vrai lieu de frivolité, l’apparition de la première playmate noire Jennifer Jackson en 1965 ou des poils pubiens de Liv Lindeland en 1971, vous incarniez toute une époque, les vieilles légendes d’Hollywood (Groucho Marx, Sinatra, Mae West, Brando, le Dr. Ruth), la presse comme quatrième pouvoir et la réussite financière d’une entreprise basée sur la légèreté. Quand Hugh Hefner acheta les droits de reproduction de Marilyn nue pour 500 dollars en 1953, il effectua « le meilleur investissement de toute l’histoire de l’édition » et lança la meilleure arme de propagation massive. Au moment où la presse écrite semble à court d’idées, les préceptes de Hugh n’ont pas pris une ride : des textes brillants, des interviews chocs, de l’humour, un bel objet papier avec une iconographie soignée, une vraie ouverture d’esprit et des filles accortes. Que demander de plus ?

Dernier ouvrage sur le sujet : Playboy, les plus belles couvertures, Damon Brown/ Préface Pamela Anderson (Blanche).

*Photo : RickChung.com.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Thomas Morales
Journaliste et écrivain.Spécialiste reconnu du cinéma et de l’automobile, il collabore à des revues parmi lesquelles Valeurs Actuelles, Service Littéraire, Schnock, Technikart, etc... Il écrit dans la presse automobile depuis près de 20 ans et nourrit depuis son enfance une passion pour les voitures anciennes, les Hussards ...