Un homme fait un dessin. Un islamiste tue un homme. Qui croyez-vous que l’on excusera ? Mais l’islamiste qui tue un homme, voyons. 
Il faut dire que notre sensibilité au malheur est devenue si profonde que la blessure narcissique d’un illuminé nous paraît volontiers légitime. Quant à l’envie de rire, elle est inexcusable. Elle dénote une absence de gravité qui fait peur.

Qu’a-t-on besoin de rire alors que le chômage est au plus haut et que l’Europe est au plus mal ? Pourquoi ne pas rire des choses sans importance – si l’on y tient absolument ? Assassiner un homme peut se comprendre, mais caricaturer Mahomet ? Que cherche le rieur ? Pourquoi jeter de l’huile sur le feu ? Comment peut-on se comporter d’une manière aussi irresponsable ?

Est-ce que le rieur souffre au moins ? Non, il ne souffre pas. Il ne tuerait pas son voisin, et il ne souffre pas. Voilà deux bonnes raisons de le pendre.

Lire la suite