Nicolas Dupont-Aignan, en campagne pour l'élection présidentielle de 2017, lors du congrès annuel de Debout la France à Paris, 2 octobre 2016

Du grand Charles à Seguin et Pasqua, le gaullisme a toujours eu de la gueule – et pas celle du gendre idéal. Nicolas Dupont-Aignan, on l’aurait plutôt vu à la tête d’un parti centriste – promettant de faire de la politique autrement, égrenant devant des caméras complaisantes quelques propositions pour une République numérique et participative, écologique et citoyenne. Pour l’eau tiède, il aurait été parfait. Charmant, plein de repartie. Le Petit journal, Libé, Les Inrocks auraient adoré. Au lieu de quoi, on le raille volontiers. Paris ne pardonne pas les erreurs de casting.

Sauf que, sur ce fichu réel qu’on appelle élections, c’est un peu plus compliqué. Bien que coincé entre LR et le FN, non seulement son mouvement ne disparaît pas, mais il progresse (800 000 voix aux dernières régionales). Le mépris n’aura eu raison ni du bonhomme ni de ses quelques amis – militants fidèles qui voient aujourd’hui arriver, non sans inquiétudes, des premiers ralliements.

Au culot, et sans autre argument que ma curiosité, je suis allé rencontrer l’homme.

11 h 34, ce vendredi matin. Le train part dans moins de trois minutes. Nicolas Dupont-Aignan arrive sur le quai, à peine essoufflé : costume bleu marine de bonne coupe, chemise blanche et, autour du cou, un large chèche en coton imprimé bleu et blanc. Séduisant, dans le coup. Tout sourire, frais, affable, heureux, il salue son jeune directeur de campagne, pose une main légère, amicale, sur son avant-bras, lance un « Ça va, Laurent ? », me découvre au même instant d’un regard sec, mais sans hostilité – Ah oui, c’est vrai, c’est vous… – et glisse dans le compartiment.

Vivre vite, c’est ça leur truc à tous, la drogue qui les fait tenir. Au programme : un marathon de vingt-huit heures dans la grande périphérie de Marseille où vont se succéder rencontres, interviews, réunions avec les élus, meetings publics. La vraie vie, quoi.

Lire la suite