Trois ans après son élection, on se pose toujours la question de la stratégie d’Emmanuel Macron quant aux migrants. Après l’évacuation agitée d’un camping à la Nuit Debout place de la République (en était-il possible autrement?), voilà que Gérald Darmanin charge la police…


Un ministre de l’Intérieur, garant de l’ordre public, aurait dû s’indigner que des groupuscules gauchistes et des ONG instrumentalisent des migrants illégaux et occupent quasi militairement la place de la République à Paris, lundi 23 novembre au soir. En quelques minutes, les gauchistes ont monté plusieurs centaines de tentes de camping pour réclamer une «mise à l’abri» de 400 migrants illégaux tous issus selon les associations du camp de Saint-Denis, évacué mardi dernier par la police.

Ce squat politique de la place de la République était un raid politique à l’instar de ceux qui ont eu lieu à la basilique de Saint Denis en mars 2018, au Panthéon en juillet 2019, ou dans les rues de Paris en mai 2020. Ce squat politique était de plus en infraction avec les règles du confinement sanitaire. Que voulaient les gauchistes ? Comme d’habitude : faire savoir à l’État qu’il était raciste, islamophobe et antimusulman. 

Indignation surjouée

Avec une célérité qui l’honore, la police a immédiatement démantelé le camping illégal des migrants. Mais au lieu de féliciter ses troupes de leur rapidité d’intervention, au lieu de se féliciter d’avoir rendu un espace public au public, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a pointé contre ses troupes un doigt accusateur. « Certaines images de la dispersion du campement illicite de migrants place de la République sont choquantes. Je viens de demander un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d’ici demain midi. Je prendrai des décisions dès sa réception ».

Le tweet de Gérald Darmanin est d’autant plus surprenant qu’aucune charge policière n’a été menée, qu’aucun tir de LBD ne semble avoir eu lieu et qu’aucun œil n’a été crevé. Et l’épisode S

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite