Le président du groupe LREM à l’Assemblée Gilles Le Gendre a osé déclarer :  » il y a une (….) erreur qui a été faite et dont nous portons tous la responsabilité, moi y compris. C’est le fait d’avoir été probablement trop intelligents, trop subtils. » Une des meilleures de l’année dernière…


Dans Le Figaro du 28 décembre, Stéphane Ratti, professeur à l’université de Bourgogne-Franche Comté, analyse avec une grande finesse trois phrases qui ont marqué le champ politique des dernières semaines. Après avoir décrypté — en vrai spécialiste de l’Antiquité latine qu’il est — le « Ma personne est sacrée » de Mélenchon, qui se prend pour Tiberius Gracchus, puis la suggestion faite par Macron à un paysagiste de « traverser la rue » pour trouver un travail de serveur de bistro, il s’attarde avec gourmandise sur la perle des perles, le sommet du sottisier, tombé de la bouche de Gilles Le Gendre (qui ça ?), président du groupe LREM à l’Assemblée nationale : « Et puis, il y a une deuxième erreur qui a été faite et dont nous portons tous la responsabilité, moi y compris. C’est le fait d’avoir été probablement trop intelligents, trop subtils. »

Comme disait le cher Lino trop tôt disparu : « Les cons, ça ose, tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. »

>>> Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli <<<

Lire la suite