Home Politique La démocratie, commerce non essentiel?

La démocratie, commerce non essentiel?

L'édito politique de Jérôme Leroy

La démocratie, commerce non essentiel?
La président Macron en visite à l'usine de Delpharm, Saint-Remy-sur-Avre (28), 9 avril 2021 © Jacques Witt/SIPA Numéro de reportage : 01013530_000017

Dès le 15 mai, tout sera rouvert, c’est promis, sauf les élections.


Dernière minute !! Selon différents médias, dans la foulée des questions au gouvernement, Jean Castex prononcerait et soumettrait au vote à l’Assemblée nationale, ce mardi, le maintien des élections régionales et départementales au mois de juin.

Ce qui est bien, avec Emmanuel Macron, c’est qu’on y voit tout de suite plus clair. Il a un calendrier bien en tête, notre souverain virologue, depuis qu’il a décidé du troisième confinement le 31 mars. D’abord, il a évité de le faire un 1er avril, ce qui aurait pu être gênant. Ensuite, il a annoncé que du 6 au 9 avril, les écoles, collèges et lycée fermeraient leurs portes et assureraient les cours « en distanciel ». On a vu que tout était parfaitement rôdé. Bien entendu, la plupart des élèves et des enseignants n’ont pas pu se connecter mais bon. La faute à Blanquer ? Pensez-vous, Blanquer ne se trompe jamais. Est-ce sa faute à lui si l’hébergeur OVH n’a pas fait son boulot ? OVH a répliqué assez sèchement qu’il n’y était pour rien, mais on les connaît ces gens-là : incapables de reconnaître leurs erreurs, contrairement au gouvernement. Blanquer a alors annoncé qu’en plus d’OVH, les plateformes pédagogiques avaient été victimes de cyberattaques venues de l’étranger. La faute à Poutine ? A Xi-Jin Ping ? Aux deux ? On sait depuis longtemps, c’est bien connu, qu’une des plus grandes angoisses de la Chine et de la Russie est que madame Lopez, professeur des 3e 2 au collège Jacques-Prévert du Raincy puisse donner son cours d’histoire par écrans interposés. Et puis, nous a finalement dit Blanquer à qui décidément tout le monde en veut, c’est la faute aux collectivités locales qui n’avaient pas installé les « tuyaux » adéquats.

A lire aussi, Martin Pimentel: Les transports en commun ne seront jamais gratuits!

Mais ce n’est pas cela qui va perturber le calendrier pour autant. Ce mauvais moment oublié, tout le monde est autorisé à prendre les vacances de Pâques à la maison et à faire du tourisme dans un rayon de dix kilomètres (j’ai testé pour vous, à Lille : ça permet une jolie promenade le long du canal de la Deûle entre la Citadelle et disons jusqu’à Wambrechies, et même soyons fous, jusqu’à ce que l’écluse de Quesnoy-sur-Deûle soit en vue).  Mais poursuivons, le 26 avril, les écoles reprendront, puis à partir du 3 mai, les collèges et les lycées. Gardons une pensée émue pour la 3ème 2 de Madame Lopez qui sera en distanciel la semaine du 26 avril au 3 mai.

Emmanuel Macron lit des études

A partir du 3 mai, tout le monde sera en classe : “Je n’ai pas conditionné la réouverture des maternelles et des écoles, puis des collèges et des lycées, à des indicateurs sanitaires. Pourquoi ? Parce que ces trois semaines d’absence physique de cours sont déjà un effort important” a même déclaré au Parisien Macron qui doit avoir lu une étude sur la question précisant que le virus obéit quand le surveillant qui fait la grille lui parle un peu fermement. Mieux, le 15 mai, on va rouvrir les terrasses, les lieux culturels et des commerces fermés.

A lire aussi, Cyril Bennasar: Saint-Chéron: leur jeunesse et la nôtre

Et enfin, les 13 et 20 juin, nous pourrons voter pour les élections régionales. Ah, mais non, en fait, peut-être pas… Il faudrait voir à ne pas faire n’importe quoi. On pourrait aussi bien les repousser, ce serait peut-être plus prudent nous dit-on du côté du gouvernement, du président de l’Assemblée nationale, du Modem et de LREM. Parce qu’avec le virus, on ne sait jamais.

Emmanuel Macron a lu une autre étude : le virus aurait une prédilection pour les bureaux de vote. Cela n’a évidemment rien à voir avec le fait qu’une déroute totale menacerait la majorité. D’ailleurs, est-on bien sûr que la démocratie soit un commerce essentiel ? Ce n’est en tout cas pas l’avis de Blanquer qui a donné l’exemple en renonçant, la mort dans l’âme, à se présenter en Ile-de-France alors qu’un triomphe l’attendait et qu’il aurait surement eu la voix de madame Lopez.

Vivonne

Price: 22,00 €

13 used & new available from 11,37 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Thomas Chatterton Williams: autoportrait en noir et blanc
Next article Le courage: juste milieu entre la peur et l’audace
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération