À Londres, une Britannique reproche à une clinique spécialisée dans les changements de sexe de l’avoir influencée.


Au Royaume-Uni, on dit des gens rongés par le remords qu’ils ont les pieds froids (« cold feet »). C’est le cas de Keira Bell, une Britannique de 23 ans, qui a entrepris à l’adolescence un traitement pour changer de sexe. Aujourd’hui, elle porte plainte contre la clinique londonienne Tavistock spécialisée dans les changements de sexe et financée par le NHS (Système national de santé). « On aurait dû me pousser davantage à réfléchir à mes troubles de l’identité et à mon désir de sauter le pas, cela aurait pu changer beaucoup de choses », plaide-t-elle. Garçon manqué dans l’enfance, la jeune fille a décidé de changer de sexe une fois adolescente à force de consulter des sites internet.

Pour répondre aux attentes des ados en quête d’identité sexuelle (qui invoquent la « dysphorie de genre

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2020 - Causeur #78

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite