Home Brèves Exclusif : ma lettre à Karine Berger


Exclusif : ma lettre à Karine Berger

Le jour du solstice d’été, la France a découvert une étoile. Malgré les railleries inévitables, on se rappellera sans doute dans un siècle de cette journée où le melon de Gap supplanta pour l’éternité celui de Cavaillon. Refuser de passer à côté de son destin. Prendre sa plume. Ce n’est pas tous les jours qu’on propose ses services à Winston Churchill ou Indira Gandhi !
« Chère Karine, très brièvement et respectueusement.
1) Je suis à tes côtés pour te servir et servir tes projets pour la France.
2) J’ai fait de mon mieux et j’ai pu échouer périodiquement. Je t’en demande pardon.
3) Je n’ai pas d’ambitions politiques personnelles et je n’ai pas le désir de devenir un ambitieux servile comme nombre de ceux qui t’entourent dont la loyauté est parfois récente et parfois peu durable.
4) Utilise-moi pendant le temps qui te convient et convient à ton action et à ton casting.
5) Si tu m’utilises, j’ai besoin de toi comme guide et comme soutien : sans guide, je risque d’être inefficace, sans soutien, je risque d’être peu crédible. Avec mon immense admiration. David D. » 

 


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Casseurs du Trocadéro : clémence pour tous?
Next article Sartre, Debord, Muray : de l’engagement au dégagement

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération