« Voilà, plus de place pour les sans-abri mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France. » Mais quelle mouche a piqué notre JPP national ? Jean Pierre Pernaut avait sans doute oublié la règle du jeu, jeudi dernier, lorsqu’il s’est hasardé au JT de 13h à une transition… toute en nuance. Donner son point de vue à la télévision, qui plus est en pleine vague populiste ? Irresponsable.


Jean-Pierre Pernaut revient « faire le jeu du FN » par causeur

Le retour des Indignés

C’est aussitôt l’indignation et la colère sur les réseaux sociaux: « #CSA #PernautDemission Donc on casse les couilles à #TPMP mais @pernautjp qui dérive en mode FN, y’a pas de soucis? »
Comment un présentateur peut-il ainsi hiérarchiser les pauvretés?!  La presse unanime embraye et dénonce un « dérapage », une sortie de piste impardonnable.  il « a laissé échapper des propos biaisés en plein milieu de son bulletin d’information » pour Téléstar.  Pour Le Point, « TF1 reprend une idée souvent véhiculée par des militants d’extrême droite » et d’ailleurs Marion Maréchal-Le Pen a pris sa défense sur Twitter. Si le FN défend Pernaut, c’est donc la preuve que le présentateur est coupable!

« Une idée reçue » pour Les décodeurs du Monde, puisque les hébergements proposés aux sans-abri ou aux demandeurs d’asile sont distincts. Alors pas d’amalgame s’il vous plaît. Une telle casuistique laisse pantois le plus averti des rhéteurs; que ce soit un hôtel, un foyer, un centre provisoire d’hébergement (CPH) ou un CADA, un abri est un abri. Il faut être aveugle pour nier l’effort financier de l’Etat pour abriter les migrants tandis que les places en centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) réservées aux sans-abri font cruellement défaut. Peu importe l’acronyme de l’hébergement proposé, les centres d’accueil pour migrants sont fermés aux sans-abri et l’hiver arrive.

Une polémique injuste

Il est un peu simple de se réfugier derrière un sigle administratif au prétexte de ne pas faire le-jeu-du-Front-National. Une polémique d’autant plus injuste que JPP dénonce dans la même phrase le dispositif somme toute très précaire des centres pour migrants. Déplacés de Calais vers des centres d’orientation, ces derniers sont finalement lâchés en pleine nature au mépris du droit des étrangers. Rappeler le malheur de milliers de sans-abri français, quand des migrants après avoir traversés la Méditerranée tentent à tout prix de rejoindre l’Angleterre, suffit à provoquer le courroux des médias.

On laisse au parti de Marine Le Pen le monopole du réel et le ressenti de la majorité des français de la rue, et on feint de se draper dans la vertu. Mais une politique sociale qui néglige les pauvres de nos quartiers au prétexte qu’ils ont « le privilège » d’être français est insensée. Jean-Pierre Pernault, loin de vouloir hiérarchiser les pauvretés, a simplement tenté de rétablir l’équilibre. Certes nos SDF ont souvent le tort d’être un peu trop blancs de peau. Mais ils ont aussi un droit d’asile. Surtout chez eux.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager
Expert en géo-stratégie, sécurité et défenseAncien élève de l’École spéciale militaire de St-Cyr puis de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale, Hadrien Desuin est titulaire d’un master II en relations internationales et stratégie sur la question des Chrétiens d’Orient, de leurs diasporas et la géopolitique de l’Égypte, réalisé au Centre d’Études ...