Franchement je n’ai rien contre Manuel Valls, d’ailleurs je ne le connais pas personnellement et nous n’avons pas pêché l’anchois ensemble. Mais je l’aime bien Valls, d’abord il est catalan, quand j’étais petit j’allais en vacances au pied du Canigou chez la tante Rose, dans le pays de Casals au milieu des pêchers, une charmante communiste catalane qui n’était même pas de la famille mais peu importe c’était la tante Rose, son voisin était un tout vieil anar à béret qui ne parlait que le catalan.

Valls, c’est l’autre coté, Barcelone, là-bas on n’y allait pas, mon père refusait catégoriquement de mettre les pieds chez Franco. Et puis Valls, il a commencé avec Rocard, j’aimais bien Rocard dans le temps comme Chevènement d’ailleurs, ils m’ont un peu déçu, surtout le Che. Bref, Valls il est un peu de droite sans y toucher, ça doit être inconfortable, surtout quand on est ministre de l’Intérieur : le ministre de l’Intérieur fait un duo dans un gouvernement avec le Garde des Sceaux. Comme les flics dans les romans noirs : un gentil et un méchant, ils font semblant, comme dans les films mais c’est bon pour l’image de la démocratie pluraliste, même si ça fait désordre de prôner la sécurité renforcée d’un coté et puis de l’autre vouloir limiter l’incarcération des délinquants comme le souhaite madame Taubira.

Alors la nouvelle usine à gaz nommée « Zones de Sécurité Prioritaire » me laisse sceptique. Pour l’instant, n’ont été définies que les zones en question regroupant 24 villes, les missions et les moyens mis en œuvre restent flous, il faudra attendre la rentrée. L’accueil a déjà été chaleureux dans les quartiers nord d’Amiens où de joyeux Picards ont fêté à leur manière l’annonce de leur classement. Il est à noter que la mesure était incluse dans le pack programmatique du candidat Hollande, pour ce qui est des effectifs (police, gendarmerie) il s’agira de redéploiement : pourquoi pas; si les 1000 postes par an sont effectivement créés, il sera loisible de confier à des policiers ou à des gendarmes aguerris des missions de « pacification » dans les secteurs choisis. La liste devrait d’ailleurs s’allonger de manière significative.

Chez moi, en Moselle, sont élues les communes de Fameck et Uckange. Fameck, je vous en ai déjà vaguement parlé; le maire Michel Liebgott est très impliqué dans la défense des Arcelor-Mittal. Uckange c’est juste à coté, au-delà de l’autoroute. Ancienne cité usinière (sidérurgie toujours), mélange de petites maisons et de blocs plus ou moins dégradés : c’est la plaque tournante du trafic de drogue dans le nord de la Lorraine. L’année passée, une tour réputée pour ses squatteurs albanophones a été évacuée, suite à un incendie: une tuile pour la commune qui va devoir payer la démolition et reloger les habitants, clandestins compris. Uckange a sa tour Eiffel sous la forme d’un haut-fourneau conservé comme relique et qu’on éclaire de temps à autre pour bien montrer qu’avant c’était réel …

Trêve de nostalgies, transformer un haut-fourneau en parc d’attraction, en l’occurrence en « jardin d’art » avec interventions de créateurs, fête musicale et tout le bazar : une rave party au mausolée de Lénine et que la classe ouvrière qui vote FN aille se faire cuire un chapati à Calcutta. Et la sécurité prioritaire de Manuel dans tout ça ? Bizarrement elle me rappelle un sketch des Inconnus: « Manu »; il y a Légitimus et sa mob qui parle verlan et Campan à la fenêtre de l’immeuble: L: Eh Manu tu descends?
C: Eh pourquoi faire?… bis repetita.

Lire la suite