Début mai, la « Bandung du Nord » a rassemblé à Saint-Denis Indigènes de la République et militants gays ou transgenres. Mais leur commune détestation du mâle sioniste hétérosexuel blanc n’a pas estompé la profonde homophobie du courant islamo-indigéniste.


La « Bandung du Nord » organisée à Saint-Denis du 4 au 6 mai se voulait une réplique de la conférence éponyme qui en 1955 a amorcé la fin de l’ère coloniale. La colonisation est bien sûr le concept-fétiche des organisateurs indigénistes de la rencontre, qui le vident cependant de toute dimension historique. Pour eux, la France est par essence un État colonial, où le « racisme systémique » voue de toute éternité les « Blancs » à dominer les « racisés ». En effet, la « race » est omniprésente chez ces antiracistes. À en croire les membres et sympathisants du PIR (Parti des indigènes de la République), pour la plupart passés par les campus américains et les études de « théorie critique raciale », il n’y aurait nul racialisme, nul racisme à reprendre ce terme. La « blanchité », comme la « race », renvoie, disent-ils, à « un rapport social de domination ». Sémantique biologisante de la « race », sémantique politique de la « domina

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2018 - #58

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite