C’est notre consœur Alexia Kefalas, envoyée spéciale du Point en Grèce et également collaboratrice de Causeur, qui nous l’apprend : les émissaires de l’Union européenne et du FMI auraient conseillé au gouvernement d’Antonis Samaras de « déplacer les habitants des îles comptant moins de 150 habitants ». L’affaire fait grand bruit dans la presse grecque à tel point que le ministre des affaires étrangères qui avait repris cette proposition à son compte, a dû faire marche arrière, la qualifiant de « plaisanterie ».

Alexia Kefalas indique que de nombreux experts pensent que ce projet n’a rien d’une galéjade, puisque, mis en œuvre, il permettrait à la fois de réduire les dépenses publiques liées au fonctionnement de ces îles si peu habitées, et d’augmenter les recettes budgétaires en vendant ces territoires à des investisseurs privés. Allez savoir pourquoi, j’ai pensé à l’île de Porquerolles au large de nos côtes varoises et j’ai consulté sa fiche Wikipédia afin de m’enquérir de sa population. Après tout, dans quelques années, les commissaires bruxellois conseilleront peut-être une solution similaire à notre gouvernement, que ce dernier, afin de respecter le TSCG, ne sera pas en situation de refuser.

L’île comptait 200 âmes au recensement de 2004. Je ne sais si sa population a augmenté ou diminué depuis et je n’ai pas eu accès à sa pyramide des âges. Mais dans le doute, je n’ai qu’un conseil à donner à ses habitants : si vous souhaitez demeurer chez vous, oubliez préservatifs et autres contraceptifs, croissez et multipliez !

Lire la suite