Le Port de La Rochelle étant déserté par les amiraux de la flotte socialiste fin août, l’un de ses flibustiers les plus illustres, l’ex jeune-rocardien qui mouille dans le sud des Yvelines, Benoît Hamon, récupère cette date pour faire « sa » propre rentrée politique, mais sur le plancher des vaches: à Saint-Denis, 9-3.

Pourtant, toute la flibuste de sa motion, la B comme Barbades, a prévu de se retrouver à La Rochelle, justement, mais les 10 et 11 septembre, pour faire leur propre rentrée politique.

Hamon, en la jouant perso (à ce jour aucun autre matelot n’est annoncé à ses côtés), ourdirait-il une mutinerie contre ses propres pirates, Christian Paul en tête ?

Coincée entre la rentrée du loup de mer Montebourg à Frangy le 21/08 et celle des corsaires à La Rochelle les 10-11/09, à quoi servira donc cette réunion, étalée sur deux jours ?

À « retrouver la terre ferme », nous dit le brestois d’origine. Car le pays est « ballotté », « ne va pas bien ». Education, économie, démocratie, écologie, et même les attentats, BH relève rapidement les points qui, semble-t-il, seront soulevés et même résolus « ensemble » lors de ce week-end dionysien.

On va y « fabriquer de l’espérance » et « fabriquer les solutions » pour les « 5-10-15 et même 20 ans à venir ». Au hasard, la taxe halal, idée qu’il mettra peut-être sur le pont dans cette ville symbolique du communautarisme rampant de nos banlieues ?

Ville bien connue de sa camarade du Conseil régional Clémentine Autain qui pourrait l’aider, si par malheur son sextant se brisait, à lui bourrer sa pipe s’il devait pagayer vers ce genre de rivages noirs.

Noble et vaste programme, très ambitieux, tonnerre de Brest ! Mais pourquoi ne pas apporter son écot avec tous les autres capitaines crochets, encore une fois, de son camp dit « des frondeurs » ?

Ira-t-il jusqu’à quitter le vaisseau Fronde pour prendre une chaloupe, poussé par les mousses du MJS ? Les fameux « pousse-mousse » (Un peu de rhum aide parfois l’auteur de ces lignes)…

Pourquoi, alors que toutes les flottilles socialisto-frondeuses avaient su s’allier au moment du congrès (hamonistes, mauréliens, montebourgistes, filochards ou encore liennemen), à l’approche des primaires et des présidentielles – donc des enjeux bien plus lourds et importants que le congrès du PS- certains semblent la jouer perso (Filoche, Lienneman et peut-être Hamon… ?), et ce alors que toutes les cartes au trésor convergent vers le bourguignon Montebourg soutenu par Christian Paul, chef désigné par les mêmes frondeurs l’année passée ?

Peut-être, le PS étant à fond de cale, estime-t-il qu’il ne quitterait pas un navire, mais une galère ? Après tout, ceux qui ont le vent en poupe sont bien les gars d’la Marine, pas ceux de l’ex capitaine de pédalo.

À moins, finalement, qu’il s’agisse d’un coup d’épée dans l’eau, et que Hamon n’y fera que des propositions qui serviront, comme autant de bouées de sauvetage, au futur candidat de son bord ?

Et donc peser de tout son poids pour être le meilleur second, et imprimer une cadence d’attaque à bâbord toute à cette escouade qui grossirait jusqu’aux primaires, voire au-delà, pour partir dans de longues et difficiles conquêtes navales où les coups de tabac seront nombreux, n’en doutons pas.

Autant de questions que l’auteur, tel un phare, éclairera du mieux possible pour ses passagers.