J’aurais préféré ne pas parler de la polémique qui enfle à propos des agissements de Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France. Cette affaire de plagiat avéré, suivie de la mise en lumière d’usurpation publique de titre d’agrégé de l’Université me rend infiniment triste. Que l’on soit religieux, ou, comme moi, juif de tradition laïque, il faut admettre que le Grand Rabbin de France incarne le judaïsme français au yeux de la Nation dans son ensemble, depuis que Napoléon 1er a donné droit de cité à ce culte et à ceux qui s’y rattachent.
Lorsqu’il parle, il est écouté non seulement par les Juifs de la synagogue, mais également par ceux qui ne la fréquentent pas, et par les non-juifs, qu’ils soient des hauts dignitaires d’autres religions ou simples citoyens curieux d’entendre sa parole.
Depuis son élection en 2008, Gilles Bernheim avait fait un sans faute : c’était un leader religieux inscrit dans la cité, l’incarnation d’un judaïsme ouvert aux autres, un rempart contre le repli sur soi. Il s’inscrivait dans la tradition  des Zadoc Kahn et Jacob Kaplan, dont les fortes personnalités et l’indiscutable charisme ont grandement contribué  à affirmer la place du judaïsme français dans la République.
Ce fardeau, reconnaissons-le, est lourd à porter, car en la matière, rien n’est jamais acquis définitivement, et le soupçon porté sur les juifs de France de déloyauté à l’égard de la République ressurgit régulièrement : Zadoc Kahn eut à affronter l’affaire Dreyfus, Jacob Kaplan l’antisémitisme de Vichy. Aujourd’hui, Gilles Bernheim doit se battre contre l’antijudaïsme portant le masque grimaçant de l’antisionisme.
Il est aujourd’hui affaibli. Il ne m’appartient pas de lui dicter sa conduite. Si l’homme dont la faille vient d’être mise à jour mérite notre compassion, un Grand Rabbin qui s’accrocherait à une fonction qu’il ne peut plus assumer dans sa plénitude serait un triste sire.

*Photo : wikimedia.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Luc Rosenzweig
est journaliste.Il a travaillé pendant de nombreuses années à Libération, Le Monde & Arte.Il collabore actuellement à la revue Politique Internationale, tient une chronique hebdomadaire à RCJ et produit des émissions pour France Culture.Il est l'auteur de plusieurs essais parmi lesquels "Parfaits espions" (édition du Rocher), ...