Le Centre Pompidou rend hommage à Francis Bacon (1909-1992). Ce grand peintre britannique avait choisi la figuration dans une période dominée par l’abstrait. Pour les plus polyglottes, l’exposition propose une dizaine de boîtes où écouter de grands auteurs en anglais.


On ne compte plus les rétrospectives Bacon. Ce peintre anglais est manifestement l’une des figures avec lesquelles le centre Beaubourg tient à écrire l’histoire de l’art du xxe siècle. D’autres artistes britanniques majeurs, comme Lucian Freud, ont été accueillis plus tardivement. D’autres encore, comme Stanley Spencer, ne l’ont jamais été et restent parfaitement inconnus du public français.

Francis Bacon n’y est cependant pour rien et on aurait tort de se priver du parcours proposé incluant une soixantaine d’œuvres, puissantes pour la plupart. Les amateurs d’intellectualisation de l’art pourront, en outre, bénéficier d’une dizaine de cabanes où écouter des textes d’auteurs. Force est de constater cependant que le public ne s’attarde guère dans ces boîtes exigeant patience et maîtrise de l’anglais.

bacon
Francis Bacon, Portrait of George Dyer in a Mirror, 1968 CR68-05, Collection Agnelli, Londres © The Estate of Francis Bacon /All rights reserved /

Né dans une famille britannique aisée, Bacon est rejeté par les sien

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2019 - Causeur #72

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite