Home Politique FCPE: Une affiche de guerre civile sous prétexte d’être une affiche de réconciliation


FCPE: Une affiche de guerre civile sous prétexte d’être une affiche de réconciliation

FCPE mon amour

FCPE: Une affiche de guerre civile sous prétexte d’être une affiche de réconciliation
Des mères voilées ont manifesté près du ministère de l'Education pour obtenir le droit de participer aux sorties scolaires de leurs enfants, à Paris, le 18 juin 2014 © WITT/SIPA Numéro de reportage : 00686276_000001

La FCPE aurait-elle décidé de tester nos limites ? C’est une stratégie d’idéologues : on pousse un pion, puis un autre, on regarde si ça réagit, et on s’avance plus loin.

FCPE0
Il y a deux scandales dans cette affiche qui fait jaser depuis trois jours : d’un côté un mépris de la loi de 2004, qui interdit tout signe religieux ostentatoire dans l’enceinte scolaire — et une classe qui sort hors les murs de l’école transporte ces murs avec elle, même Chatel, qui n’était pas un grand spécialiste en matière éducative, ne s’y était pas trompé. Blanquer non plus, d’ailleurs, qui a qualifié cette campagne d’« erreur », et qui devrait réagir en coupant les subventions (près de 500 000 €) à cette association qui ne représente personne (280 000 adhérents, par rapport à 12 millions d’élèves, c’est dérisoire).

 

A lire aussi: Affaire FCPE: plainte en justice déposée contre l’humour de Laurent Bouvet

Déjà en 2015-2016 la FCPE avait été suspectée de « rembourser » l’augmentation de sa subvention en soutenant le réforme du collège, alors qu’elle était conspuée par 80% des enseignants : bonne idée de dresser les parents contre les profs !

Mais ce qui me révulse davantage, c’est le texte : « La laïcité, c’est accueillir à l’école tous les parents sans exception ».

A lire: Brighelli: Islamophobe, moi?

Depuis quand l’école a-t-elle vocation à « accueillir les parents » ? L’école accueille les élèves (pas les « enfants » — et ce n’est pas une distinction pour rire). Comme disent les pédagos dans leur jargon, un parent est un « géniteur d’apprenant ». L’enfant n’existe pas, à l’école ? L’enfant, connais pas ! Nous avons des élèves — et hors les murs, ces élèves redevenus enfants ou adolescents ont des parents. Mais ce n’est pas notre affaire.
Depuis trente ou quarante ans, les parents ont lentement grignoté les murs de l’école. Ils attendaient dehors, ils sont désormais dedans. Ils accompagnent les sorties scolaires, organisent les goûters, les anniversaires — et ils manifestent lorsque la cantine est insuffisamment halal à leur goût.

>>> Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli <<<

La fabrique du crétin: La mort programmée de l'école

Price: 11,96 €

12 used & new available from

Tableau noir

Price: 16,00 €

27 used & new available from 1,08 €

 


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Mon Chirac
Next article Rozzol Melara: la banlieue italienne sans racaille
Normalien et agrégé de lettres, Jean-Paul Brighelli a parcouru l'essentiel du paysage éducatif français, du collège à l'université. Il anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération