Home Brèves Exclusif : le discours de François Hollande à PSA Aulnay


Exclusif : le discours de François Hollande à PSA Aulnay

Il avait promis, tout près de là, au Bourget, d’être implacable avec le monde de la Finance. Et bien les oreilles de la famille Peugeot, qui durant des lustres, se gava de dividendes en lieu et place d’investir dans l’appareil productif, ont dû siffler après le discours du président de la République sur le site d’Aulnay, menacé de fermeture malgré les promesses de la direction et les milliards versés par l’Etat à PSA pour protéger l’emploi.

Voilà ce qu’a déclaré François Hollande aux ouvriers, employés, techniciens, cadres et ingénieurs de l’usine :
“L’industrie est aussi un investissement qui permet à des territoires d’être plus attractifs” économiquement, de générer “des emplois” et de “donner une image de compétitivité pour notre pays” a-t-il déclaré, avant d’expliquer sa démarche : “Un travail de concertation va être engagé dans les semaines qui viennent pour, le moment venu, faire une loi sur le développement de l’industrie”, a-t-il promis, évoquant à plusieurs reprises “l’ambition industrielle” du gouvernement. Après quoi le chef de l’Etat a conclu, sous les applaudissements des salariés enthousiastes: “Il y a un moment où un président doit porter un grand projet ».

Nan, je blague. En vrai, il n’y a pas eu de grand discours à Aulnay-sous-Bois: j’ai juste copié-collé les discours fait par le président devant le monde du théâtre ce dimanche au Festival d’Avignon. J’ai juste remplacé le mot « culture » par le mot « industrie ».

Je sais, c’est une mauvaise blague. Mais pas pire que de choyer les abonnés de Télérama plutôt que les métallos…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Sécurité : Valls enfermé à l’intérieur de la majorité ?
Next article James Curley, maire « caillera » de Boston
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération