Quantcast
Home Société Premier de cordée, et pas de place en classe prépa?


Premier de cordée, et pas de place en classe prépa?

Parcoursup: lettre ouverte d'un bachelier en détresse

Premier de cordée, et pas de place en classe prépa?
Illustration de la plateforme Parcoursup destionée aux inscriptions des futurs bacheliers 2021 © ALLILI MOURAD/SIPA

Enguerrand Vauby a l’impression d’avoir gâché trois ans de sa vie! Après s’être éloigné de sa famille, et avoir travaillé dur au lycée militaire de Saint-Cyr-L’École pendant trois ans, où il a obtenu les meilleures notes, il voit ses chances compromises et ses candidatures en classes préparatoires refusées, car il aurait coché une mauvaise case sur Parcoursup… Nous reproduisons ici son courrier adressé au président de la République.


Monsieur le président de la République,

Entré à 15 ans comme interne au Lycée Militaire de Saint-Cyr-L’École, j’ai dû faire de nombreux sacrifices, notamment m’éloigner de ma famille et de mes amis, car je croyais au mérite du travail pour réaliser mes ambitions. Je suis major de ma classe depuis trois années consécutives : en seconde, première et terminale. Chaque année, j’ai également été distingué du Coldo d’or (récompense du premier de classe) dont vous connaissez j’en suis certain l’exigence et la valeur. Je viens d’être reçu bachelier mention très bien le 5 juillet avec 19/20 en mathématiques et 19/20 en physique. Soucieux depuis mon plus jeune âge de réussir ma scolarité, j’ai toujours travaillé.

Mon but était de devenir un grand ingénieur, diplômé d’une des meilleures écoles françaises, pour servir mon pays. Fort des connaissances et des compétences que j’aurais ainsi développées, j’avais l’ambition de participer au renouveau de l’industrie française par l’innovation et d’agir pour notre compétitivité nationale. Le sésame pour intégrer Polytechnique, Centrale ou les Mines est d’entrer dans une des neuf classes préparatoires auxquelles j’ai candidaté.

Ce sentiment d’avoir fait ce qu’il fallait et d’être un simple numéro sans intérêt, la variable d’ajustement d’un algorithme, je ne m’y résous pas

Et je m’en suis donné les moyens, j’ai travaillé et travaillé encore. Et j’ai aimé ça. Je suis passionné par les sciences mathématiques et la physique. Le 2 juin, j’ai appris qu’aucune des classes préparatoires qui pouvaient me permettre d’atteindre mes ambitions n’a retenu mon dossier. Je n’ose pas imaginer que mes efforts durant ces trois années ont été vains.

Monsieur le président, si je puis me permettre de faire mienne une de vos formules, je suis “premier de cordée” et pourtant aucune des classes préparatoires permettant d’accéder aux grandes écoles d’ingénieurs françaises, dont polytechnique que je vise, ne veut de moi. D’où ma question : est-ce normal, selon vous, qu’un jeune premier de cordée soit rejeté des classes préparatoires qui conduisent aux grandes écoles d’ingénieurs en France ?

À moins que je me sois trompé sur moi-même et que mon dossier académique ne revête pas les caractéristiques des premiers de cordée. Je vous laisse en juger :

– Lycée militaire de Saint-Cyr-L’École ;
– Premier de classe en seconde, première, terminale ;
– 17,43 de moyenne sur l’année de terminale ;
– 19/20 en mathématiques et en physique au baccalauréat ;
– Baccalauréat mention Très Bien.

D’autres élèves, qui n’ont pas ces moyennes, qui n’ont pas cette position de rang dans la classe, qui n’ont pas ces résultats au baccalauréat en mathématiques et en physique, sont pris en classes préparatoires. Monsieur le président de la République, est-ce moi ou est-ce le système qui a un problème ? La France croule-t-elle littéralement sous les dossiers d’excellents élèves pour écarter un dossier dont le professeur principal et le chef d’établissement ont écrit sur la fiche de candidature aux classes préparatoires :

« Un dossier remarquable dont l’excellence des résultats et des compétences dans toutes les matières lui permettront de réussir pleinement. Intelligent, pertinent et très compétent, il saura également exceller et parfaitement réussir dans toutes les tâches qui lui seront demandées. Toutes nos félicitations et toute notre confiance pour la suite de vos études. »

« Un élève dont l’excellence de ses compétences et ses résultats lui permettront de réussir pleinement, et de répondre avec excellence aux attentes et aux exigences d’une classe préparatoire. »

Monsieur le président de la République, je ne comprends pas. Pourriez-vous m’expliquer ?

Quand j’interroge les établissements, on m’apporte des réponses variées :

– « c’est parce que vous avez demandé l’internat »
– ou a contrario, « l’internat n’a rien à voir là-dedans »
– « c’est la machine (Parcoursup) qui fait tout »
– « les boursiers sont prioritaires »
– …

Qu’en est-il vraiment ? Où se situe l’égalité des chances dans mon cas ? Qu’en est-il de la méritocratie républicaine ? J’ai besoin de réponses claires. Pour moi et pour tous les autres élèves qui entrent au lycée avec des rêves dans la tête comme j’en avais et qui sont déterminés à travailler pour les atteindre.

Il faut les prévenir. Car la douche est froide. Et cette violence symbolique, ce sentiment d’avoir fait ce qu’il fallait et d’être un simple numéro sans intérêt, la variable d’ajustement d’un algorithme, je ne m’y résous pas. Tout simplement parce que c’est injuste.

Vous l’aurez compris, avec tout le respect que je vous dois, et dont vous pouvez être assuré, j’ai besoin de réponses.

Il en va de l’avenir d’un jeune garçon méritant et déterminé dont vous venez de briser les ailes.
J’espère sincèrement, Monsieur le président de la République, que vous comprendrez ma démarche.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le président de la République, l’expression de ma haute considération.

Enguerrand Vauby


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Culte du soupçon, culte de la crédulité
Next article Contre mauvaise fortune, bon cœur, BoJo tire enfin sa révérence

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération