Ceci n’est pas un article politique. C’est du people. Du pur. Du vrai. Du people de chez people. Car c’est dans cette rubrique où le glamour épouse le sex-appeal qu’on peut le mieux cerner les envoûtantes personnalités d’Emmanuel et de Brigitte. Et pour cela, il faut se tourner vers les Saintes Écritures. Nous avons nommé Vanity Fair.

Sous les sunlights de Brigitte

Ce magazine aime les sunlights, les projecteurs qui illuminent, les spots qui éblouissent. Et ce qu’il dit d’Emmanuel Macron tient en quelques mots : « A star is born ». Mais une star, ça se fabrique. Voici donc comment, selon Vanity Fair, a été fabriqué Emmanuel Macron.

Au commencement était un richissime personnage du nom de Xavier Niel, propriétaire de Free et copropriétaire du Monde[1. Il est aussi actionnaire très minoritaire de Causeur]. Un proche ami du couple. Brigitte n’hésita donc pas à lui confier qu’elle et son mari souffraient des rumeurs qui couraient sur l’homosexualité supposée d’Emmanuel. Xavier lui répondit immédiatement : « Il faut que tu te montres avec lui, que vous vous affichiez ensemble, que tu te colles contre lui ». Et il les mit en contact avec « Mimi ». Ah, vous ne connaissez pas « Mimi » ? Vous êtes des ploucs, des gueux, des ringards, des has been !

« Mimi », de son vrai nom Michèle Marchand, règne sur Paris. La fabrique des stars, des peoples, des grands de ce monde, c’est elle. C’est elle qui dira à une actrice un peu oubliée si elle doit, pour Paris Match, montrer un bout de sein, un sein, deux seins… C’est elle qui décidera – quand le cas sera jugé grave – si la délaissée des médias doit, pour retrouver l’amour du public, poser nue pour une couverture de Lui.

« Mimi » fricota…

C’est elle, toujours, qui dira comment se maquiller, se coiffer, s’habiller. Et c’est elle encore qui, en fonction de la cible choisie, décidera de l’apparence nécessaire de ses clients et clientes. Pour les femmes : paroissiennes virginales, bien élevées, genre BCBG Manif Pour Tous ou salopes provocantes, genre je suis de gauche et je montre tout. Pour les hommes : sérieux, séducteurs, futurs époux plutôt que possibles amants, façon Georges Clooney ou jeunes traders relax, voitures décapotables, abonnés à Roland Garros.

Le coup de maître de « Mimi » fût il y a quelques mois une couverture de Paris Match avec Brigitte en maillot de bain hawaïen et Emmanuel en polo et short de bain. La suite fût élaborée avec une minutie d’horlogerie. Celle qu’il faut pour lancer un produit enviable et désirable. S’agissant d’Emmanuel, finis les costumes sombres qui auraient pu le rapprocher de deux sinistres notaires de province, Benoit Hamon et François Fillon. Une décontraction parfaitement contrôlée : polos, chemises ouvertes, cheveux ébouriffés. Concernant Brigitte, le grand jeu, afin d’effacer la différence d’âge qui la sépare du bel Emmanuel. Des jupes courtes, très courtes (« Montre tes jambes » lui a dit « Mimi »), un perfecto – le cuir, c’est sexy – des petits hauts moulants.

Tel est le programme pour lequel vous devez voter. Le cœur de cible, ce sont quand même les ménagères de plus de cinquante ans. Elles ont été conquises. Ces dames sont toutes allées chez le coiffeur et ont toutes acheté un perfecto. Vous pouvez les croiser dans la rue. Le regard gourmand, elles guettent leurs proies. Des sosies d’Emmanuel Macron. Car lui, le prince charmant, est hélas inaccessible. Il tient à sa Brigitte. Et depuis qu’elle porte des jupes courtes, il est comme fou…