Home Brèves Du pain, des jeux… et pas de blé !


Du pain, des jeux… et pas de blé !

Décidément, les Britanniques n’ont pas de chance avec leurs Jeux Olympiques, il flotte toujours sur leur organisation une étrange odeur de poisse. Déjà en 1908, Londres n’avait été désignée qu’en catastrophe, après qu’une éruption épouvantable a dévasté Naples où devait se tenir une partie des compétitions. L’édition de 1944 fut annulée pour cause de guerre mondiale et de V2 en goguette. On se souvient qu’elle se déroula finalement quatre ans après, dans une ville exsangue et encore dévastée par le Blitz, où les athlètes logés dans des baraques militaires avaient dû amener leur manger pour ne pas mourir de faim. On peut raisonnablement penser qu’ils seront nourris en 2012, mais c’est la crise économique qui donne des sueurs froides au comité et à son chef, lord Sebastian Coe. Le fourbe qui après un lobbying féroce auprès des membres du Commonwealth nous avait arraché de quatre votes sur 104 une organisation qui nous revenait de droit. Forcément, notre projet était bien meilleur, même le CIO l’avait dit. Mais entre le savoir-faire et le faire-savoir, il y a… 340 kilomètres, soit la distance entre Paris et Londres. On dit que Bertrand Delanoë, qui se voyait déjà au moins premier secrétaire, ne s’en est jamais remis.

Il y a une justice. Le cadeau était sacrément empoisonné. Que ferions-nous d’un tel bébé à l’heure des restrictions budgétaires draconiennes ? Il reste exactement deux ans aux Anglais, pas un jour de plus, pour faire pousser les Pounds aux branches de Hyde Park. Comme on pouvait s’y attendre, les coûts des chantiers manifestement sous-évalués ont explosé dès le premier coup de truelle. De deux milliards, le budget est passé à dix. Où trouver les fonds manquants ? Cameron fait le mort, la City regarde ailleurs, les sponsors ont le blues… A moins d’un miracle, la magnificence chinoise restera sans égale. Mais ils vous disent avec une moue charmante que telle n’a jamais été leur ambition. Ils comptent sur le charme de la vieille Angleterre et ses capacités uniques à rebondir et résister pour s’en sortir. Le pire est qu’ils en sont capables. A un petit détail près auquel personne n’avait pensé en choisissant les dates des prochains JO. Ils tombent pile poil en plein ramadan…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Sarkozy, pour la vie
Next article Les nihilismes de Villiers-le-Bel
Agnes Wickfield est correspondante permanente à Londres.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération