Jusqu’au 27 janvier, le musée du Jeu de Paume consacre une exposition à la grande photographe américaine Dorothea Lange (1895-1965). Fille d’immigrés allemands, cette fille mère à l’existence modeste est restée célèbre pour ses clichés de l’Amérique laborieuse sous la Grande Dépression puis durant le rebond de l’après-guerre. 


Sous la direction de Marta Gili, le musée du Jeu de Paume a grandement contribué à familiariser l’œil des visiteurs avec la photographie sociale et engagée. Après avoir présenté Robert Frank et sa fascinante série « Américains », après nous avoir fait découvrir le travail de Garry Winogrand, chroniqueur infatigable de l’Amérique de l’après-guerre, montré les images de Berenice Abbott, Vivian Maier, Diane Arbus ou encore celles de la pionnière de la « Street Photography », Lisette Model, Marta Gili vient de quitter ses fonctions en beauté avec une exposition consacrée à l’icône du photojournalisme, Dorothea Lange. Qui est notamment l’auteur du cliché le plus cher d’un photographe du XXe siècle jamais vendu aux enchères à Soth

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2019 - Causeur #64

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite