Home Brèves Les âmes mortes du Donbass

Les âmes mortes du Donbass

Bilan humain de la guerre à l'est de l'Ukraine

Les âmes mortes du Donbass
© D.R.

Depuis son déclenchement au printemps 2014, la guerre dans l’est de l’Ukraine (Donbass) n’en finit plus. Signés en pure perte par Kiev et Moscou, les protocoles de Minsk I et II n’ont guère pacifié cette zone grise partagée entre pouvoir ukrainien et petites républiques séparatistes prorusses. Et la guerre de l’information fait rage. D’après l’ONU, les hostilités auraient emporté 2 725 civils en quatre ans. L’Ukraine revendique 3 784 soldats tombés au champ d’honneur, mais aussi 8 500 blessés et 554 vétérans suicidés après leur démobilisation. Côté séparatiste, on évalue entre 3 800 et 4 800 le nombre de pertes, sur un total de 33 500 partisans armés.

Si un point fait consensus entre les parties, c’est la violation des 13 clauses du protocole de Minsk II (février 2015). Piétiné sitôt signé, le cessez-le-feu n’a pas permis d’échanges réguliers de prisonniers ni même interrompu l’emploi des armes lourdes. Sur le plan politique, le processus de paix est au point mort : l’Ukraine n’a pas recouvré le contrôle de ses frontières tandis que les condottieres de l’Est, toujours appuyés par des milliers de volontaires russes, n’ont obtenu ni l’amnistie ni l’autonomie qu’ils réclamaient.

Signe des temps, les autorités de Kiev ont récemment changé de rhétorique. La lutte qu’elles livrent à Vladimir Poutine à travers ses pantins ne s’embarrasse plus d’euphémisme. C’est désormais sous la conduite de l’état-major et du président de la République Petro Perochenko que se mène cette guerre qui ne craint plus de dire son nom ni de nommer son ennemi (russe). Malgré son statut de commandeur des armées, l’oligarque « roi du chocolat » culmine à 8 % de popularité et retournera vraisemblablement à ses confiseries après l’élection présidentielle de mars 2019. En Ukraine, les âmes mortes se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi.

Ete 2018 - Causeur #59

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article “Il y a un nombre non-négligeable de descendants de harkis parmi les radicalisés”
Next article Multiculturalistes, ne confondez pas race et culture!

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération