Nous avions déjà marqué ici notre sympathie pour le côté extrêmement sexy du mouvement Occupy Wall Street. S’il peut paraître relativement aisé aux USA de faire de son corps et de sa féminité des arguments révolutionnaires, cela semblait en revanche mission impossible dans les pays en proie au « printemps arabe ». Les Cassandre assermentées nous expliquent en effet que ça y est, les islamistes ont déjà gagné la partie Il est vrai que d’un point de vue esthétique, on pourra regretter les gardeuses du corps de Kadhafi qui, moulées dans leurs impeccables treillis, étaient une vraie publicité pour le régime de l’horrible dictateur lynché et remplacé depuis grâce à notre intervention par des hommes pour qui une femme avec un flingue, c’est hors de question, des fois qu’elle soit moyennement d’accord avec la charia et l’idée de se promener voilée.

En tout cas, cette fois-ci, c’est en Egypte que le corps exulte et que la courageuse Aliaa Elmahdy, une jeune Egyptienne qui a participé à la révolution du 25 janvier, a publié sur son blog une photo d’elle-même nue. C’est visible ici.

Cela fait pas mal de bruit dans le landernau pré-électoral égyptien et surtout si besoin en était, cela prouve que Louis Scutenaire, un des plus aimables surréalistes belges et génial auteur d’aphorismes avait raison quand il disait : « Une femme nue n’a jamais fait de mal à personne. » En revanche, pour renvoyer à leurs névroses sexuelles et autres refoulements les intégristes de tout poil dont le point commun est la grande angoisse du plaisir féminin, il n’y a pas d’arme plus efficace.

Lire la suite