Toutes victimes, tous coupables. Si vous êtes une femme, cherchez bien, vous avez forcément souffert – si ce n’est d’agression ou de harcèlement, d’injustice salariale ou de partage inéquitable des tâches ménagères. Vous devez dénoncer. Et si vous êtes un homme, vous avez forcément dérapé – si ce n’est par la violence, par des regards ambigus ou des pensées égrillardes. Vous devez payer. Dans le monde déprimant des nouvelles féministes[1. Je sais, il y a aussi des hommes mais il paraît que le masculin qui l’emporte, c’est ringard.], à la fois plaintives et vindicatives, le ressentiment des unes ne peut se satisfaire que de la destitution des autres. Pas de quartier, pas de prisonnier[2. Que Richard Malka me pardonne de lui emprunter sa devise.]. Roman Polanski a échappé à la Justice américaine, il n’échappera sans doute jamais aux griffes des ligues de vertu qui prétendent redresser tous les torts faits aux femmes hier aujourd’hui et demain. En renonçant à présider les Césars, il les a au moins privées du plaisir d’exhiber sur tous les écrans leur haine bardée de bonne conscience.

 

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager
Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.