Home Culture Campagne pour tout le monde!


Campagne pour tout le monde!

Campagne pour tout le monde!

village-roman-quiriny

Dans la nuit du 14 au 15 septembre 2012, un phénomène inexplicable s’empare de la petite commune de Châtillon-en-Bierre et la coupe du reste du monde. Restent quelques hameaux avoisinants, la forêt, les deux cours d’eau qui la traversent et des routes qui ne mènent plus nulle part. La télévision, Internet, les réseaux de téléphonie sont interrompus, ou leur fonctionnement est limité au territoire subitement exilé.[access capability=”lire_inedits”]

Et c’est ainsi que le village, déserté depuis l’exode rural, se trouve livré à lui-même et passe du crépuscule de la France périphérique à l’aube d’une ère nouvelle qui ressemble à un resurgissement du Moyen Âge.

Privé de la richesse des grandes villes, coupé de l’économie mondiale, le village renoue avec le règne des paysans, les recettes de grand-mère et la prééminence de l’habileté manuelle, tandis que le curé du coin voit son église désertée s’emplir sous l’effet du choc métaphysique. Loin des infrastructures étatiques, la communauté s’organise autour du maire, homme simple et débonnaire transformé en chef protecteur par la crise. Jusqu’à ce que Verviers, un paysan rude et taciturne, ne se mue en chef violent et charismatique d’une sécession libertarienne. Ainsi, par cette grande inversion de la course du monde, les derniers deviennent les premiers, et les retardataires de la France profonde deviennent les pionniers d’une aventure humaine inédite : l’exil local.

Le roman de Quiriny n’est pas une charge contre la mondialisation, mais une fable qui permet de penser tout ce que celle-ci engendre en termes de valeurs et de situations absurdes. Quiconque est équipé d’un téléphone portable et autres appendices technologiques méditera avec profit le spectacle que donne à voir Quiriny d’une communauté humaine complètement paniquée parce qu’elle a été libérée malgré elle des tutelles et du bruissement permanent de l’extérieur.[/access]

Le village évanoui, Bernard Quiriny, Flammarion, 2014

*Photo: APESTEGUY/SIPA. SIPAUSA30051279_000001.

Janvier 2014 #9

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Jeux de paumés
Next article Des rois de France morts deux fois
est journaliste littéraire et co-animateur du Cercle Cosaque

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération