Home Médias Causeur n°100: Et si ce n’était pas lui?


Causeur n°100: Et si ce n’était pas lui?

Notre numéro d’avril est en vente

Causeur n°100: Et si ce n’était pas lui?
© Causeur

Découvrez le sommaire de notre numéro d’avril


Avec ou 100 lui?

« Avec vous. » Telle est la promesse d’Emmanuel Macron qui figure sur ses affiches de campagne. Selon notre dossier d’avril, il n’est pas du tout certain que, à la fin du mois, il soit toujours avec nous, ou du moins qu’il mérite de l’être. Mais avant d’en arriver là, qui est vraiment avec vous ? Réponse : nous, Causeur ! C’est notre centième numéro et pour fêter l’occasion nous avons rassemblé une anthologie de textes de contributeurs passés et présents, d’Alain Finkielkraut à Eugénie Bastié, en passant par Marcel Gauchet, Natacha Polony, Gilles-William Goldnadel, Philippe Caubère, Jérôme Leroy ou Michel Fau. Comme le souligne Élisabeth Lévy : « Chers lecteurs, avec vous, pour vous et grâce à vous, l’aventure continue ! » C’est aussi l’occasion de rappeler les ingrédients de l’esprit Causeur : le refus « de ripoliner le réel à coups de bonne conscience et de grands sentiments » ; « le pluralisme, l’envie de frotter nos cervelles contre celle des autres » ; et le « crime » consistant à « penser que beaucoup de choses « étaient mieux avant » : la langue française, l’amour, la guerre des sexes, la séduction, l’art, la politique, l’école, l’antiracisme, l’humour et même la gauche ! » Car « aujourd’hui, la nostalgie est un droit, peut-être même un devoir. »  

Marion Maréchal et Michel Onfray ne voteront pas Macron

Revenons à Celui-qui-veut-être-avec-vous : si jamais il est réélu, à quoi ressemblera Macron II ? Selon Élisabeth Lévy, nous ne le savons pas car il n’a pas répondu du bilan de son quinquennat qui se termine et il s’est quasiment dispensé de faire campagne. Dans notre grand entretien avec Marion Maréchal, l’ancienne députée RN maintient que la gouvernance macronienne manque terriblement de vision, de cohérence et de stratégie. Seul le candidat de Reconquête ! est selon elle capable de réunir les droites et d’appliquer un programme à la fois civilisationnel, sécuritaire et économique. Analysant le bilan d’Emmanuel Macron, Gil Mihaely juge que ce qui séduit les électeurs, ce n’est pas sa promesse de réaliser des réformes mais sa capacité à gérer les crises. Michel Onfray se confie à Elisabeth Lévy à propos de son dernier ouvrage, Foutriquet (Albin Michel), un portrait au vitriol du chef de l’État. Europe, Covid, gilets jaunes, narcissisme… à le lire, tout est mauvais dans le Macron !

Le numéro 100 est disponible aujourd’hui dans la boutique en ligne et demain mercredi chez votre marchand de journaux

Le président actuel ne compte plus les ralliements – Chevènement, Rebsamen, Bouchart, Woerth… – qui ont le mérite d’affaiblir ses adversaires. Mais selon Erwan Seznec, ces pique-assiettes électoraux qui, dans l’immédiat, semblent servir les intérêts du chef  de l’État, pourraient bien se transformer en ses futurs frondeurs. Macron n’a-t-il pas au moins justifié sa réputation de Mozart de la finance ? Que nenni ! répondent Jean-Luc Gréau et Philippe Murer. Le quinquennat de ce virtuose de la réforme qui devait sortir la France du rouge et qui promettait d’en finir avec nos archaïsmes, n’a donné que paupérisation, déficits et chômage…

Le scandale des soignants suspendus

Pour le reste de l’actualité, l’éditorial d’Élisabeth Lévy revient sur la fameuse gifle de la nuit des Oscars. Sa conclusion est que Will Smith a eu doublement tort. Certes, « la violence, c’est mal », mais « ce qui est encore plus criminel, c’est le manque d’humour. » Avec Jonathan Siksou, notre directrice de la rédaction se penche sur le sort de ces milliers de soignants et de pompiers qui, pour avoir refusé le vaccin contre le Covid, ont perdu leur capacité d’exercer leur métier, ainsi que leurs revenus et leurs droits. La règle qui paraissait légitime quand on espérait que le vaccin empêchait la contamination est d’autant plus absurde que les soignants vaccinés et malades peuvent travailler. Trois cas concrets montrent combien ces hommes et femmes qui, par peur ou par conviction, ont refusé le vaccin, le paient aujourd’hui au prix fort. Où en est la lutte d’Emmanuel Macron contre l’islamisme ? Selon Mohamed Louizi, le chef de l’État n’a pas su imposer des mesures radicales pour stopper cette idéologie djihadiste qui gangrène notre société : bien au contraire, le « en même temps » présidentiel l’a laissé prospérer. Découvrez aussi les dernières analyses de la guerre en Ukraine par Mériadec Raffray et François-Bernard Huyghes.

>> Lire votre magazine <<

Côté culture en avril, c’est côté jardin : Jonathan Siksou nous invite à visiter le monde des parcs qui constituent une part remarquable de notre patrimoine historique. Si ces créations fragiles ont été négligées au fil des siècles, le Centre des monuments nationaux (CMN) a pour mission de restaurer notre « patrimoine vert. » En parlant de ce qui revient à la vie après avoir traversé les contrées de la mort, Laurent Silvestrini nous fait redécouvrir le chef-d’œuvre muet de Friedrich Wilhelm Murnau, Nosferatu, ce film révolutionnaire grâce auquel les vampires se sont imposés dans le septième art. Trouver de la malice, de l’érudition, de l’humour et de la fantaisie dans la littérature française est encore possible, selon Jérôme Leroy. Preuve en est avec les derniers livres de Bernard Quiriny et de Jean-Luc Coatalem. Cyril Bennasar fait l’éloge du nouveau roman de Jean-Moïse Braitberg, Sexagénaire, qui raconte les aventures et mésaventures d’un jeune retraité sur les sites de rencontre.

Saviez-vous que, tout au début, la couleur de la tour Eiffel était… rouge ? Pour Pierre Lamalattie, l’actuelle rénovation de la Dame de fer aurait pu être l’occasion d’un retour aux origines. Malheureusement, les travaux s’achèveront pour les JO de 2024 par un badigeonnage à la peinture jaunâtre. Un mauvais goût à la hauteur de l’événement.

Pour chasser une sensation aussi désagréable et rester dans le rouge, accompagnons Yannis Ezziadi : il rend visite à un architecte et un financier qui réinventent avec art le métier de boucher. Que les véganes passent leur chemin. Ici, il faut que ça saigne !

Enfin, Marsault nous montre que la piraterie se réinvente elle aussi !

>> Lire votre magazine <<


Foutriquet

Price: 19,90 €

17 used & new available from 15,22 €

Sexagenaire

Price: 22,00 €

11 used & new available from 17,98 €

Portrait du baron d'Handrax

Price: 17,00 €

18 used & new available from 5,16 €

Le Grand Jabadao

Price: 17,00 €

14 used & new available from 10,31 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Hubert Védrine, le briseur d’idoles ou la géopolitique à coups de marteau
Next article Certains l’aiment chauve
est directeur adjoint de la rédaction de Causeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération