Jennifer Cagole, dont je n’ai pas donné de nouvelles depuis longtemps, afin de préserver ses chances d’être acceptée par le Système, m’a invité lundi dernier à venir faire cours dans ses deux classes de Sixième — « puisque vous êtes si malin… »

Le fou rire n’est pas l’ennemi de la pédagogie

Cochon qui s’en dédit ! J’ai donc profité de l’une de ces plages de temps libre que m’octroie libéralement l’administration (c’est bien connu, nous n’avons rien à faire, en prépas) pour me rendre dans un lointain collège, où en deux fois deux heures j’ai fait un cours à partir d’une scène tirée de Knock — celle où Louis Jouvet (oui, oui, j’avais le DVD du film avec moi, je suis moderne et je sais utiliser les ressources audio-visuelles !) ausculte Geneviève Morel, la « dame en noir » qui «respire l’avarice et la constipation».

Parler de constipation à des élèves de Sixième, c’est un bonheur — pour vous comme pour eux. Évoquer une auscultation, un diagnostic, un stéthoscope, c’est un apprentissage de mots largement connus et pourtant inconnus — orthographiquement au moins (ça, c’est pour la « trace écrite » que l’on doit laisser impitoyablement à chaque cours, comme les oiseaux laissent à l’aplomb des trottoirs la trace de leur passage). Les faire lire — et peu importe qu’ils ânonnent, ou qu’ils hésitent, ou qu’ils soient soudain saisis de fous rires (le fou rire n’est pas l’ennemi de la pédagogie) — est un grand moment de délire organisé. Leur arracher des suggestions de mise en scène ou de diction est d’une suprême facilité. Puis les faire jouer, entre eux, est un bonheur ineffable — pour le coup, c’est vous qui souriez.

Parler, c’est dominer

Et surtout, en profiter pour leur apprendre le Grand Secret : le langage ne sert pas à communiquer, mais à dominer. A prendre le pouvoir. Il appartient aux Maîtres de la langue — du Renard de La Fontaine (autre bonheur, de les amener à arracher de leur mémoire enfantine la fable jadis apprise) au médecin de Jules Romains. Je me suis amusé à mettre en abyme la façon dont je les avais abordés / subjugués / manipulés (inutile –de rayer les mentions inutiles, elles sont toutes bonnes) dans les cinq premières minutes. Ils ont parfaitement compris.

A lire aussi: Je ne suis pas encore prof mais je n’en peux déjà plus

Parce qu’il n’y a pas l’univers du théâtre et celui de la vie : c’est la même chose — par chance, Cagole leur avait enseigné le principe du « quatrième mur » et du « theatrum mundi ». Des enseignements que sa tutrice et son inspectrice réprouvent violemment — particulièrement l’inspectrice, qui lui a conseillé de « garder ses savoirs pour elle ». Si. J’ai l’enregistrement de cette énormité. On n’est jamais trop prudent quand on a affaire à des ayatollahs.

Les ayatollahs de la salle des profs

Je ne les connaissais pas, par définition. Mais il ne m’a pas fallu deux heures (pas en continu — on est en Sixième) pour repérer les talents de l’un, la difficulté à être d’une autre, ou le potentiel d’un petit Noir que les collègues de Jennifer, tous de gauche, veulent bien entendu expédier en SEGPA, parce qu’enfin tu comprends…

J’ai même pu profiter de la récré pour hanter la salle des profs, et écouter d’une oreille faussement distraite l’emballement d’une…

>>> Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli <<<

Lire la suite