Alors que le Parti socialiste s’embourbe dans la corruption et le communautarisme islamique, le principal mouvement de droite wallon (MR) paie très cher son refus de s’affirmer libéral.


Les Belges ont voté. Mi-octobre, les élections communales et provinciales ont donné un avant-goût des législatives qui auront lieu l’an prochain. Si la droite flamande (N-VA) confirme son succès au nord du pays, il en va tout autrement du centre droit francophone (MR) au sud. Au pouvoir tant au niveau fédéral qu’en région wallonne, le MR paie très cher son refus de s’affirmer libéral. Contre tout bon sens, le gouvernement de centre droit wallon a en effet durci comme jamais les lois sur les banques, porté les impôts sur les dividendes à un sommet jamais atteint (30 %) et transformé chaque banquier en potentiel mouchard

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2018 - Causeur #62

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite