Home Monde Belgique, le pays à plat…


Belgique, le pays à plat…

Belgique, le pays à plat…

Belgique

C’est un pays “en voie d’évaporation” (dixit le séparatiste flamand Bart De Wever, grand vainqueur des élections législatives du 13 juin) qui vient de prendre, le 1er juillet, la présidence de l’Union européenne. De quoi justifier le titre du récent livre de Jean-Pierre Stroobants, correspondant du Monde à Bruxelles : Belgique, laboratoire de la désunion européenne, publié aux éditions du Cygne.

[access capability=”lire_inedits”]L’Europe est donc présidée par un pays sans gouvernement, car celui issu des dernières élections législatives ne devrait pas être constitué avant l’automne. Voilà qui laisse toute latitude à un autre Belge, Herman Van Rompuy, alias “Mr Nobody”, pour donner toute la mesure de son impuissance à gérer le chaos provoqué par le désaccord de plus en plus profond entre l’Allemagne de Merkel et la France de Sarkozy. Président permanent du Conseil européen, voilà qui fait classe sur une carte de visite ! On aurait d’ailleurs dû le nommer président perpétuel, comme le secrétaire de l’Académie française, pour donner encore plus de poids symbolique à une fonction où il peut tranquillement ciseler ses haïkus, dont il est un auteur compulsif.

La Belgique s’évapore

L’“évaporation” de la Belgique, accélérée par les chaleurs estivales, ne devrait pas être sans conséquence sur l’ensemble du système institutionnel européen : quand ça s’évapore, personne n’est à l’abri du destin des méduses échouées sur le sable par grand soleil : au bout de quelques heures, il n’en reste qu’une petite tache humide sur la grève. Il faut espérer que cette disparition par passage de l’état solide à l’état gazeux épargne les talentueux auteurs belges de BD, qui sauront mettre en image l’évaporation du Berlaymont, de Van Rompuy, de Barroso et de la trace verte que “Dany le Rouge” aura laissée sur le pavé bruxellois. À la rentrée, Bernard Guetta fera une grave dépression et fondra tous les matins en larmes sur France Inter. Cela nous consolera de l’éviction de Stéphane Guillon.[/access]

Juillet/Août 2010 · N° 25 26

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Cocufiage : faudrait pas se tromper !
Next article Surenchère droitière ? Chouette alors !

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération