Home Culture Basile, vous êtes juif?

Basile, vous êtes juif?

Mazel tov !

Basile, vous êtes juif?
Toy Story 4, un film misogyne et raciste. © Disney/ Pixar

Ah quel moi, mes amis ! Pas une minute à moi… J’ai relu Les Misérables à vélo et enquêté sur les Oscars 2020, tout en devenant juif ashkénaze. À 4,2 %, mais quand même !


TOY STORY 4, OU LA COLÈRE DE L’HOMME BLANC

dimanche 9 février

Samedi 25 janvier, dans l’émission culte « Saturday Night Live » (NBC), l’humoriste maison Melissa Villasenor plaisante sur les Oscars à venir. Son sketch, parlé et chanté sur l’air du temps, est lourd d’un message. À l’en croire, la quasi-totalité des films nommés pour l’Oscar aurait en fait un seul vrai sujet : « La colère de l’homme blanc » (« white male rage »).

À l’appui de cette thèse, foin d’arguments ! Melissa fait dans la méthode Coué, ici repeinte aux couleurs du comique de répétition. Sur un air de samba, elle nous livre donc trois couplets satiriques, d’autant plus redondants que le refrain lui-même en est triplé :

Sur Joker, de Todd Philips : « […] Ce dont le film parle vraiment / C’est la colère de l’homme blanc / La colère de l’homme blanc / La colère de l’homme blanc ! »

Sur The Irishman, de Scorsese : « Ça dure trois heures / Ils sont vieux et ils sont jeunes / C’est la colère de l’homme blanc… » (ter)

Et comme les meilleures blagues ont une fin, le dernier couplet englobe tout le reste de la sélection ou presque (le dernier Tarantino, 1917, Jojo Rabbit et même Toy Story 4) dans la même accusation : white male rage partout !

Amusant de voir cette dinde gigoter, toute fière, sur son pont aux ânes féministo-diversitaire. Dans le genre comique, ça m’a rappelé Charline Vanhoenacker. Certes, chaque strophe de la chansonnière engagée est ponctuée de rires d’approbation, mais vous me direz, avec la technique, de nos jours…

Quoi qu’il en soit, quinze jours plus tard, Melissa a l’air con. L’Oscar du Meilleur Film (même pas « étranger ») est attribué à Parasite, un excellent film sud-coréen garanti 100 % sans mâle blanc.

N’empêche ! Tout ça m’a donné envie de voir Toy Story 4.

 

LES MISÉRABLES FONT DU VÉLO

vendredi 14 février

Ce n’est pas le tout d’élever des enfants ; encore faut-il éviter qu’ils vous dépassent au point de vous regarder de haut.

Ces derniers temps, Bastien puis sa cadette Constance se sont mis à causer littérature – entre autres – avec moi, quitte à me demander au passage un avis ou une précision sur telle œuvre qu’ils étudiaient. Parmi celles-ci, le plus gros morceau reste bien sûr Les Misérables (le livre de Hugo, pas le film de M. Ly). Quinze cents pages dans « La Pléiade », sans compter les trois cents de « Notes et variantes », heureusement facultatives à ce stade.

Tout avait commencé en douceur à l’approche de leurs bacs de français respectifs. J’arrivais encore à gérer, et je n’étais pas peu fier de ces enfants du siècle dont l’appétence pour les lettres avait survécu aux smartphones et traversé la Toile. Songer qu’il y a des parents qui, pour garder le contact, doivent se taper Fortnite Battle Royale III, Red Dead Redemption II et Booba Ier

Quant à moi, là où j’ai vraiment senti le vent du boulet, c’est lorsque ma progéniture a abordé la prépa littéraire. Face à des questions de plus en plus pointues, dans les brumes de mes souvenirs d’objecteur scolaire, impossible de lutter !

Si encore ça s’était passé au téléphone, peut-être aurais-je pu, au fil de la conversation, me bricoler discrètement une antisèche internet – en gagnant du temps à coup de généralités sur la nécessaire « recontextualisation » de la question et autres balançoires.

Là, face à face, pas d’échappatoire possible ! Il m’a donc fallu, en diverses circonstances, avouer à ma progéniture mon ignorance, recouverte du manteau de Noë de l’oubli – non sans minorer au passage l’importance de l’affaire pour la compréhension de l’œuvre.

N’empêche ! Pour maintenir le dialogue, une remise à niveau s’imposait, et d’abord concernant le pavé hugolien. Mais que faire ? Un peu tard pour me replonger dans cet océan où je m’étais déjà noyé, moi qui lis moins vite que les autres n’écrivent. Et beaucoup trop tard pour les « versions abrégées » à l’usage des enfants, les miens n’en étant plus.

Enfin, Audible vint ! Grâce à ce catalogue de livres-podcasts, découvert à point nommé, j’ai pu finalement « relire » en temps utile Les Miz’. Soixante heures d’écoute quand même ! Mais l’affaire a été bouclée en trois semaines, entre le vélo et la marche quotidiens, les repas solitaires et même les ablutions – suivant en cela le conseil de l’excellent Cami, auteur entre autres chefs-d’œuvre d’un Pour lire sous la douche qui fait encore autorité.

Désormais ils peuvent y aller avec leurs questions-pièges, les Bastien et autres Constance… Je suis incollable sur Petit Gervais, le père Mabeuf et même Tholomyès ! Espérons seulement qu’ils ne se lancent pas maintenant dans La Recherche…

 

BASILE, VOUS ÊTES JUIF ?

samedi 22 février

Pour la Saint-Basile, je me suis offert mon test ADN. Un coton-tige à l’intérieur de chaque joue, et hop ! Un mois plus tard, les résultats tombaient. Me voilà donc à 60 % « européen du nord et de l’ouest », sans surprise, mais aussi un tiers ibère, et même juif ashkénaze à 4,2 % ! Aussitôt j’ai fait part de la nouvelle à mes « amis » Facebook, et leurs commentaires reflètent l’enrichissante diversité de mes relations :

« Welcome bro, Mazel Tov and see you for Pourim ! » m’accueille Marc Cohen.

« Ce n’est pas possible ! Il faut réclamer une contre-expertise », proteste Hubert Mensch, ex-animateur de Nazisme & Dialogue au sein de Jalons.

Les autres, que je ne connais pas en vrai (IRL pour « in real life », en geek moderne) partent un peu dans tous les sens :

« T’inquiète pas, c’est du bon cholestérol ! » me rassure l’un ; « Ne vous plaignez pas, vous auriez pu avoir 1 % de sépharade » galèje un autre. On n’échappe même pas, hélas, aux plus douteux clichés : « C’est le moment de demander un prêt bancaire ! »

Que de tels propos puissent être tenus sur mon mur FB, croyez bien que j’en suis le premier gêné ! D’autant que je m’interrogeais justement : à présent qu’on est cousins, ne serait-ce pas le moment de demander à la reine Élisabeth une augmentation, ne serait-ce que de 4,2 % ?

 

FIVE EASY PIECES

Dans les pastiches de Proust, il y a autant de Proust que de pastiche.

89 % des Français pensent que les autres ont tort (sondage OnionWay).

Qu’est-ce que tu ferais, si t’étais toi ?

Ce soir, régime dissocié : Cristal Roederer et chasselas de Moissac.

Assez parlé de moi ! Dites-moi plutôt ce que vous en pensez…

Mars 2020 - Causeur #77

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Sibeth Ndiaye ne sait pas utiliser un masque
Next article «Une hécatombe programmée s’annonce à Mayotte»

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération