La télé est la caméra de surveillance du monde et il est rassurant d’avoir, toujours à portée de regard, un de ces écrans allumés, comme ça, sans le son, juste pour vérifier de temps à autre que tout est normal dans les succursales de l’empire : je ne voudrais pas louper la dramaturgie de l’hyper-événement trouant le grillage de l’antenne ou d’une apocalypse débarquant en pleine « Roue de la fortune » !

Lire la suite