Dans un conflit asymétrique, il suffit d’un camion et d’un seul conducteur pour répandre la mort, la terreur et la désolation. Comme à Nice, ce 14 juillet.

Il faut comprendre que, quelle que soit le degré de compétence, d’organisation et de mobilisation des forces d’un Etat, dans une société de 67 millions d’habitants, le contrôle absolu de toutes les personnes est impossible, en imaginant même qu’il puisse être considéré comme souhaitable, ce qui ne me semble pas le cas.

Si, contrairement à il y a 100 ans, où nos pertes dépassaient 800 morts par jour, notre société n’est pas en guerre, nous avons un ennemi qui, lui est en guerre contre nous.

C’est parce qu’il subit sur place, des pertes irréversibles qu’il tente de porter des faits de guerre sur notre territoire.

Il est vain de penser que des autorités, quels que soient leurs moyens, puissent les prévenir et les empêcher à 100%. Une telle perspective n’existe pas à l’échelle humaine. Ceux qui le promettraient, mentiraient.

Il faut comprendre que le but de ces attaques mortifères est de dresser la population, à la fois contre les autorités, et contre une partie de la population.

C’est pourquoi pour y répondre, à l’inverse du climat facilement engendré par le goût pour l’émotion de certains organes d’information, la seule réponse réside dans le calme, le sang-froid et la confiance dans nos forces et nos autorités, comme le firent, dans des conditions bien plus difficiles, les Britanniques pendant le Blitz. C’est cette attitude qui apporta à ce peuple fier, la victoire.

L’agitation, le procès permanent qui serait fait aux autorités, ou la recherche de vengeance sur certains de nos concitoyens, seraient l’exact contraire de la bonne attitude, dans cette situation.

 

PS : La nuit n’est pas terminée et on lit déjà toutes sortes de sottises sur les réseaux sociaux Ne les reproduisez pas, même pour les condamner. N’hésitez pas à retirer de vos amis les excités ou les inconscients qui les répandent. Tout cela n’est pas un jeu vidéo.

Texte posté ce matin à 5h sur la page Facebook de Gilles Casanova, et publié ici avec son aimable autorisation.

Attentats de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, par magazinecauseur

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager