Le « manifeste contre le nouvel antisémitisme » a fait parler. Parfois pour le saluer, souvent pour le nuancer. Il serait « dangereux » de parler d’antisémitisme en France. Et encore plus de nommer ses adeptes… L’édito d’Elisabeth Lévy.


C’est vrai, mais il ne faut pas le dire. Depuis quinze ans, au bas mot, l’existence d’un antisémitisme que l’on continue, bizarrement, à dire nouveau pour éviter de dire d’où il vient, est le secret de polichinelle le mieux gardé de la République. Des palais du gouvernement aux bistrots, tout le monde sait qu’il existe, qu’il n’est pas le fait de crânes rasés, mais de barbus, que c’est à cause de lui que des juifs quittent le pays : aussi surprenant que cela soit pour un journaliste de France Inter, on peut vivre avec des vieux crabes qui chantent des chants nazis, pas avec des gens qui agressent vos gosses. Il n’y a plus un enfant juif, aujourd’hui, dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis, tout le monde le sait, et tout le monde sait pourquoi :

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Causeur #57 - Mai 2018

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite