Marseille agression antisémite

Marseille (AFP) – L’adolescent, qui a agressé un enseignant juif lundi à Marseille, a dit avoir agi « au nom d’Allah » et de « Daech » (le groupe État islamique) au moment de son interpellation, a déclaré le procureur de la République, Brice Robin.

L’adolescent, de nationalité turque et d’origine kurde, qui aura 16 ans la semaine prochaine, a « revendiqué avoir agi ainsi au nom d’Allah et de l’État islamique, répétant avoir agi à plusieurs reprises au nom de Daech car les musulmans de France déshonorent l’islam et l’armée française garde les juifs », a rapporté M. Robin, lors d’une conférence de presse.

Le magistrat a précisé que cette revendication avait eu lieu au moment de l’interpellation de l’adolescent et non de l’agression. Pour le procureur, « il s’agit à l’évidence d’une agression à caractère antisémite » avec une « forme de préméditation ».

« Selon la victime, l’intention de son agresseur était de le tuer », a ajouté M. Robin.

L’adolescent a frappé par derrière l’enseignant juif qui portait une kippa, le blessant à l’épaule et au bras avec une machette qu’il a laissée sur place, avant de s’enfuir, puis d’être arrêté. Il portait également un couteau avec une lame en céramique qu’il destinait « aux policiers qu’il comptait agresser ».

Si le parquet de Paris ne se saisit pas de l’enquête, le parquet de Marseille demandera « sa mise en examen pour tentative d’assassinat aggravé en raison de l’appartenance religieuse et apologie du terrorisme et son placement en détention provisoire ».

L’adolescent, régulièrement scolarisé dans un lycée de Marseille où il est bon élève, a un profil qui « semble être celui d’une personne radicalisée via internet », a poursuivi le procureur. Il n’est pas connu des services de renseignement et n’a pas d’antécédents judiciaires, ni psychiatriques, a-t-il précisé.

Lors de son arrestation, l’adolescent a indiqué aux policiers « qu’il s’armera, dès qu’il sortira, d’armes à feu pour tuer les policiers ».

*Photo : © AFP/Archives ANNE-CHRISTINE POUJOULAT.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite