Home Économie La voiture autonome ne sera pas le genre humain

La voiture autonome ne sera pas le genre humain

Les machines auront encore besoin de l'homme pour un certain temps

La voiture autonome ne sera pas le genre humain
©D.R.

Malgré l’enthousiasme des constructeurs automobiles pour les voitures autonomes, les machines auront encore besoin de l’homme pour un certain temps. 


Les salons automobiles classiques sont inquiets. Au dernier Mondial de Paris, plusieurs marques phares ont brillé par leur absence. Où vont donc les constructeurs ? Au Consumer Electronics Show (CES) qui se tient à Las Vegas tous les ans début janvier ! De plus en plus de constructeurs automobiles préfèrent le célèbre salon consacré à l’innovation technologique en électronique grand public. Si vous n’êtes pas geek, mais que ce nom vous dit tout de même quelque chose, c’est parce qu’Emmanuel Macron s’y est rendu il y a trois ans. Alors barbu et ministre de l’Économie, le futur président y avait organisé la fameuse soirée dont le financement est aujourd’hui sous le coup d’une enquête.

“Il y a encore beaucoup de travail devant nous…”

Entre la « start-up nation » macronienne et le salon CES, un même mot d’ordre fait d’ailleurs loi : mobilité. Exit l’auto fétiche du XXe siècle, voici venu le temps des objets high-tech qui vous mènent efficacement d’un point A à un point B. Les rêves de vitesse, de confort de liberté et de design ont ainsi cédé la place au mirage de la voiture autonome.

A lire aussi: La voiture, porte-voix des fractures françaises

Et voilà qu’un certain Bob Carter, vice-président de Toyota, gâche la fête. Dans un entretien au site d’information TheStreet, basé à Wall Street, Carter s’est lâché : « La mobilité totale [voiture autonome] est encore loin, peut-être [faudra-t-il attendre] la fin de la prochaine décennie. Il y a encore beaucoup de travail devant nous, pas uniquement pour Toyota, mais pour toute l’industrie. »

Objectif Terre

Et la douche froide ne s’arrête pas là. Apple a annoncé le départ de 200 employés, jusqu’ici engagés dans le projet de voiture autonome Titan. Dès 2016, la marque de Steve Jobs avait revu ses ambitions à la baisse en réduisant considérablement les effectifs de ce chantier du futur.

Cinquante ans après les premiers pas de l’homme sur la Lune, rendons-nous à l’évidence : la voiture et l’avion de ligne sans pilote sont probablement un horizon aussi lointain que les vacances dans l’espace.

Éloge de la voiture

Price: 18,90 €

18 used & new available from 4,94 €

Février 2019 - Causeur #65

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Les mauvais calculs politiques de Cédric Villani
Next article Roumanie: une présidence européenne mal partie
est historien et directeur de la publication de Causeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération