Home Édition Abonné Le végan: espèce en voie d’auto-extinction

Le végan: espèce en voie d’auto-extinction

La vasectomie fait fureur en Australie

Le végan: espèce en voie d’auto-extinction
"Baisons-nous nous-mêmes plutôt que notre mère la Terre". Image d'illustration Unsplash, par Markus Spitze.

En Australie, la vasectomie fait fureur, portée par les végans ne voyant dans un enfant qu’un pollueur de notre mère la Terre. De quoi faire réduire la population végan?


Plutôt l’humanicide que l’écocide ! En Australie, les végans se font stériliser, convaincus que l’humanité nuit à l’environnement. Le pays a le taux de vasectomies (stérilisation des hommes) le plus élevé au monde, derrière la Nouvelle-Zélande. Or, les médecins notent une évolution dans le profil des patients, traditionnellement quarantenaires et déjà pères. Les nouveaux candidats à la stérilisation sont des végans entre 20 et 30 ans qui ne veulent pas d’enfants. La surpopulation les inquiète – ce qui peut surprendre dans un pays où la densité est de 3,2 habitants au km2.

© D.R.
© D.R.

Quid des préservatifs en latex 100 % végétal ? Le végan intégriste s’en méfie ; allez savoir si quelque composant n’a pas été testé sur des animaux de laboratoire. La vasectomie, c’est plus propre et c’est irréversible. Et puis, adieu la pilule : l’homme prend enfin sa part du fardeau contraceptif. La nouvelle masculinité se gorge de contrition… Le végan est prosélyte. Le « veganuary », tous les mois de janvier, conçu sur le modèle du mois sans alcool, veut nous inciter à nous passer de steaks pendant 31 jours en espérant notre conversion définitive au culte de Gaïa. Pour sauver le monde, les évangélistes du compost ont aussi lancé en 2013 la « Journée mondiale de la vasectomie » (ce sera le 16 novembre 2021… à vos scalpels). Ce jour-là, le « vasectomy-thon » consiste à stériliser le plus d’hommes possible à travers le monde, vidéos à l’appui et opérations en live. Le biologiste Paul R. Ehrlich, 88 ans, auteur en 1968 de La Bombe P (P pour population) est leur gourou.

Le néo-malthusianisme n’est pas moins absurde que le malthusianisme. Mais il est plus cruel, prêt à sacrifier l’humanité pour la planète. Pour l’activiste végan, un nouveau-né n’est qu’un pollueur amené à souiller l’environnement pour les quatre-vingt-dix ans à venir. Enfanter d’un émetteur de CO2 est une malédiction. La population végane devrait donc décroître. Aux dernières nouvelles, le taux de fécondité chez les artisans-bouchers serait, lui, bien épais…

Mars 2021 – Causeur #88

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article La désertion du sens
Next article Bertrand Tavernier, un souvenir

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération