Une femme à la magistrature suprême, pourquoi pas. Mais pas seulement parce qu’il s’agirait d’une femme.


Je ne sais pas trop quoi penser de la une de Libération du 28 septembre. Je vous la décris parce qu’on est à la radio et qu’en général, outre Causeur, nos aimables lecteurs lisent plutôt Valeurs ou Le Figaro pour les plus punks. Cette une de Libé du 28 septembre, a pour titre : « Une femme pour sauver la gauche ? » et, à la façon d’une vitre éclatée, montre en allant de haut en bas et de gauche à droite Clémentine Autain, Anne Hidalgo, Delphine Batho, Christiane Taubira, Manon Aubry (LFI) et enfin la camarade Elsa Faucillon, jeune députée communiste des Hauts-de-Seine. 

Magazine féminin

Ça me fait plaisir que Libé ait pensé tout de même à mettre une communiste. On ne peut pas dire qu’on parle souvent des communistes. Par exemple, dans les débats et commentaires déjà peu nombreux sur les sénatoriales, on n’a jamais parlé du groupe communiste qui sort renforcé avec deux sénateurs de plus alors qu’on s’est beaucoup attardé sur l’unique élu RN. 

Mais revenons à cette une de Libé.  Quelque chose me gêne. Peut-être parce que cela me fait penser aux magazines féminins qui consacrent un numéro par an aux rondes, histoire de remplir leur cahier des charges d’hypocrisie bienveillante. Un numéro pour les femmes de gauche et dès demain, business as usual… on reprend les hommes et les fringues pour taille 34.

Un discours sur les femmes en politique ambigu

J’adorerais voter pour une femme de gauche au

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite