Un pays entier rayé de la carte, et personne ne dit mot ! Plus exactement, personne ne dit plus le mot. Ce mot, c’est « Myanmar ». Terminologie officielle adoptée par la junte birmane en 1989, et aussitôt relayée dans l’enthousiasme général par l’Onu, les médias, les ONG et les agences de voyage. Après tout, si les Birmans veulent être des Myanmarais, c’est leur droit inaliénable, au même titre que celui des mamans du 9/3 de baptiser leurs nouveaux nés Sue Ellen ou Kangoo.

Le problème, c’est que parfois, les mots ont un sens. Quand des chefs d’Etat décident que leur pays doit cesser de s’appeler le Congo, le Cambodge ou la Biélorussie pour devenir le Zaïre, le Kampuchéa (démocratique) ou le Bélarus, c’est qu’en général, on a décrété dans le même mouvement l’irruption imminente de l’homme nouveau. Du passé, on fait table rase ; le Zaïrois nouveau est arrivé, on est prié d’applaudir. Mais on n’est pas obligé. De Gaulle avait le don d’exaspérer ses interlocuteurs soviétiques en ne leur parlant que de la Russie. Temps d’arrogance heureusement révolus : pendant des années, les médias nous ont rebattu les oreilles avec l’intangible appellation Myanmar : fut-elle imposée par des tyranneaux, elle était, seule, géopolitiquement correcte.

Or, sémantiquement parler du « nécessaire rétablissement des libertés démocratiques au Myanmar », c’est très exactement comme si, par exemple, la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations exigeait « des mesures concrètes pour le droit à l’embauche des bougnoules et des bamboulas ». On a fini par s’en apercevoir, mais un peu tard…

Mais bon, trêve de moqueries. Quelques centaines de bonzes massacrés auront suffi à ramener nos amis du Camp du Bien à la raison – et même au bon usage ! Dans le cas du Kampuchéa, pour que Le Monde et Libé abandonnent l’appellation contrôlée par Pol Pot et recommencent à parler de Cambodge, il avait quand même fallu attendre que le curseur atteigne, à la louche, les trois millions. Si c’est pas un progrès, ça !

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.est rédacteur en chef de Causeur. Pilier du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons, il a notamment été rédacteur en chef de "L’Idiot International ".
Lire la suite