« Liberté, que de crimes on commet en ton nom. » La République se souviendra-t-elle un jour du cri de désespoir lancé abruptement par Manon Roland au détour d’un escalier. Le lecteur érudit aura noté de lui-même – tous nos lecteurs sont érudits – que l’éblouissant Pierre Bellemare s’est inspiré de cette scène mythologique de l’histoire révolutionnaire française pour lancer en octobre 1960 l’une des émissions phare de l’Ortf, La tête et les jambes.

Les Anglais ont bien eu Oliver Cromwel et ils ont su décapiter leur roi avant tout le monde. Pourtant, c’est aux Français que la sinistre réputation est faite de ne pas savoir changer de régime sans verser de sang. Ce n’est pas leur faute : jamais personne ne leur a appris à faire de politique sans se salir les mains ni couper des têtes. On peut enseigner à un enfant l’art de ne pas faire de saloperies quand il est attablé devenant une pleine assiette de brocolis : « Mange, Kevin, c’est aussi bon que tes crottes de nez. ». On n’a jamais, en revanche, essayé d’inculquer à un Français l’art de s’occuper des affaires publiques sans piquer dans la caisse ni zigouiller son adversaire. Montesquieu disait déjà la même chose. Enfin, dans d’autres termes.

Evidemment, le fait que la guillotine soit rangée, fort heureusement, au magasin des accessoires depuis quelques décennies n’y change pas grand-chose. Passer d’un régime à un autre est, en France, une discipline tout aussi meurtrière que par le passé. Ce que l’on perd tout simplement en spectaculaire, on le gagne en raffinement.

Le 6 mai dernier, avec l’accession de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, la France a justement changé de régime, comme l’avaient annoncé avec la prescience apostériorétique qui les caractérise Elisabeth Tessier et Jean-François Kahn. Moi qui ne sais pas lire plus de trois lignes dans le marc de Nescafé, qui ai sur le crâne beaucoup plus de cheveux que le directeur de Marianne et qui pourtant ne suis qu’une hypo-Kahn, je veux joindre ma voix à celle de Patrick Juvet pour crier : « Où sont les morts ? »

S’il est vrai qu’aucun changement de régime ne s’effectue en France sans meurtre, que les Français ont changé de régime, alors la logique formelle nous invite à les déterrer, ces morts pour la France. Quant à la médecine légale, elle nous en offre trois bien gros.

Le premier des morts du nouveau régime s’appelle François Hollande.

– Mais il n’est pas mort, me susurre à l’oreille la voix mâle de mon mari qui, s’il était un véritable Vert (ein echter Grün) comme il le prétend, resterait bien sage et bien muet dans la cuisine.

– Quoi, il est pas mort ? Toi, t’as pas lu Heidegger : ça mettra le temps peut-être, mais ça viendra. (Note de la traductrice : jeu de mot intraduisible sur Sein und Zeit.)

Admettons que le changement de régime n’ait pas tué François Hollande, il a, en revanche, tué Luciano Pavarotti et Raymond Barre. Lorsque tous deux ont appris qu’il fallait changer de régime, ça leur a mis un coup au moral, affaiblissant chacun d’eux considérablement. L’essentiel du travail était déjà fait.

Le coup de grâce, ils l’ont reçu lorsqu’ils ont lu, dans la presse géopolitique française (Voici, Closer, Gala, Le Monde Diplo) que le nouveau président ne fumait pas, ne buvait pas, ne mangeait pas. Le premier s’est aussitôt étranglé avec la portion de lasagnes qu’il venait à peine d’engloutir, tandis que le second est tombé raide mort dans son tripoux, renversant malencontreusement une bouteille à demi-pleine de Chénas.
Si ce ne sont pas des preuves, ça, que les Français ont changé de régime.

Traduit de l’allemand par l’auteur.

Lire la suite