Plaque tournante de la GPA, l’Inde est connue pour incarner la Mecque du tourisme procréatif. Il est assez piquant que les gays occidentaux en quête d’enfants voient cette terre proscrivant la sodomie homosexuelle comme un pays de cocagne. À leur décharge, les Indiens multiplient les paradoxes en matière de mœurs. Ainsi, le pays du Kamasutra voit d’un très mauvais œil les baisers en pleine rue.

Richa Kaul Padte, une journaliste née dans l’État méridional du Tamil Nadu, mais passée par l’université de Brighton, entend faire rendre gorge à la pudibonderie de ses compatriotes. Dans Cybersexy : Rethinking Pornography (« Cybersexy : repenser la pornographie »), cette fille des classes moyennes milite pour la légalisation de la pornographie sur l’internet indien. Et Richa Kaul Padte ne lésine pas sur les arguments : la consommation virtuelle de sexe serait une opportunité de « réappropriat

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2018 - #58

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite